Syrie: Tireurs embusqués pour l'accueil des enquêteurs

Actualisé

SyrieTireurs embusqués pour l'accueil des enquêteurs

Les experts chargés par l'ONU d'enquêter sur l'usage d'armes chimiques ont été la cible de tireurs embusqués non identifiés, les forçant à suspendre leur mission près de Damas.

Des tireurs embusqués non identifiés ont délibérément ouvert le feu lundi sur un véhicule des inspecteurs de l'Onu alors qu'ils se rendaient sur le site de la banlieue est de Damas où des armes chimiques auraient été employées la semaine dernière, selon un porte-parole des Nations unies.

La mission a été suspendue.

«Le premier véhicule de l'équipe d'enquête sur les armes chimiques a été délibérément touché à plusieurs reprises par des tirs de snipers non identifiés» dans une zone-tampon à l'approche de cette région, a déclaré Martin Nesirky dans un communiqué. Il n'a fait état d'aucun blessé.

«La voiture n'étant plus utilisable, (les enquêteurs) sont retournés sains et saufs au point de contrôle tenu par le gouvernement», a-t-il précisé, ajoutant que l'équipe retournerait dans la zone «après avoir changé de véhicule».

«Toutes les parties doivent coopérer pour que l'équipe puisse mener son important travail», a conclu M. Nesirky.

La Syrie fera face à tous les scénarios

Le régime syrien est prêt à faire face «à tous les scénarios», au moment où les puissances occidentales étudient des options militaires après une attaque chimique présumée près de Damas, a affirmé lundi à l'AFP un haut responsable au sein des services de sécurité.

«Les menaces occidentales de frappe contre la Syrie entrent dans le cadre des pressions psychologiques et politiques sur la Syrie, mais dans tous les cas nous sommes prêts à faire face à tous les scénarios», a-t-il dit.

«Nous espérons que ceux qui tentent de pousser vers une action militaire se montrent raisonnables. Nous sommes convaincus que la sortie de la crise ne sera que politique», a-t-il ajouté.

«Tout problème, dans quelque point que ce soit, aura des impacts sur toute la région, car la situation en Syrie est complexe et compliquée», a-t-il encore dit.

Le président syrien Bachar al-Assad a prévenu Washington que toute intervention militaire contre son régime serait vouée «à l'échec», qualifiant d'«insensées» les accusations occidentales sur l'usage d'armes chimiques par son régime. (ats/afp)

Damas accuse les rebelles d'avoir tiré

Damas a accusé lundi les rebelles d'avoir tiré sur les inspecteurs de l'ONU.

La Suisse propose son aide

La Suisse est prête à aider l'ONU, si elle en formule la demande, dans l'enquête sur les possibles attaques chimiques en Syrie, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères à Berne publié lundi. Le chef de la diplomatie suisse Didier Burkhalter a notamment proposé le concours du laboratoire de Spiez (Suisse centrale), qui est l'un des 21 laboratoires spécialisés (dans les analyses des substances chimiques) désignés par l'OIAC (Organisation pour l'interdiction des armes chimiques) dans le monde.

Ton opinion