Somalie: Tirs de mortiers sur un hôpital de Mogadiscio

Actualisé

SomalieTirs de mortiers sur un hôpital de Mogadiscio

Au moins 13 personnes ont été tuées vendredi par des tirs de mortiers d'insurgés islamistes sur un hôpital de l'armée et une prison à Mogadiscio.

Dans le nord du pays, au moins trois personnes ont été tuées au Somaliland dans des manifestations.

Les insurgés avaient lancé vendredi une attaque de mortier contre le port de la capitale. Plusieurs obus ont touché des quartiers voisins.

Un obus s'est écrasé dans la cour de l'hôpital Martini, alors qu'un groupe de vétérans de l'armée handicapés discutaient avant le premier repas de la journée qui rompt le jeûne du Ramadan, au coucher du soleil. Un autre a atteint la principale prison de la ville, voisine de l'hôpital.

Dix des victimes sont des patients de l'hôpital Martini, trois autres tués sont des gardiens de la prison, a indiqué le maire de Mogadiscio, Mohamed Osman Dhagahtur.

«Nous dénonçons cette attaque contre des civils innocents, pour la plupart handicapés et pendant le mois saint du ramadan», a-t-il déclaré.

Vingt blessés

Vingt personnes ont été blessées dans les deux explosions, toujours selon M. Dhagahtur, dont le bilan a été confirmé sur place par des témoins. Selon Omar Ibrahim, un patient de l'hôpital, quatre des blessés sont décédés dans la nuit.

Les shebab, des islamistes radicaux inspirés par Al-Qaïda, et le mouvement plus politisé du Hezb al-Islam, ont lancé une offensive contre le gouvernement soutenu par l'Occident, dans la capitale ainsi que dans le sud et le centre de la Somalie, le 7 mai.

Des centaines de personnes, dont beaucoup de civils, sont morts en quatre mois d'intenses combats à Mogadiscio notamment, dans des quartiers très peuplés, et plus de 250'000 personnes ont été contraintes de fuir leurs maisons.

Somaliland

Au moins trois personnes ont par ailleurs été tuées et plusieurs blessées samedi dans des affrontements entre des manifestants et la police à Hargeisa, capitale de la région semi-autonome du Somaliland, dans le nord de la Somalie, a-t-on appris de sources concordantes.

Des partisans de l'opposition ont tenté de pénétrer par la force dans l'enceinte du parlement, a indiqué un responsable de la police du Somaliland, qui a requis l'anonymat. «Ils en ont été empêchés par la police, qui a ouvert le feu pour disperser la foule. Au moins trois personnes ont été tuées», a précisé cet officier.

Trois véhicules de la police ont été incendiés par les protestataires, qui brûlaient des pneus et tentaient d'ériger des barricades dans les rues, a ajouté la même source. Selon plusieurs témoins, les policiers ont tiré directement dans foule.

Epargné par les violences qui ravagent le reste de la Somalie, le Somaliland connait actuellement de très vives tensions politiques, après le report sine die de l'élection présidentielle prévue le 27 septembre, déjà repoussée à deux reprises.

(ats)

Ton opinion