Afghanistan: Tirs de roquettes au 2e jour de la Loya Jirga
Actualisé

AfghanistanTirs de roquettes au 2e jour de la Loya Jirga

Les talibans ont tiré jeudi des roquettes sur le site où est réunie la grande assemblée traditionnelle qui débat des futurs liens avec Washington et du processus de paix.

L'assemblée traditionnelle afghane a été ciblée.

L'assemblée traditionnelle afghane a été ciblée.

Les talibans ont tiré jeudi matin deux roquettes sur Kaboul. L'une a explosé près du site où est réunie la Loya Jirga, la grande assemblée traditionnelle qui débat des futurs liens avec Washington et du processus de paix avec les insurgés.

Dans un SMS envoyé à l'AFP, les insurgés islamistes, qui ont menacé les participants à la réunion de «sévères représailles», ont affirmé avoir tiré «deux roquettes sur la Loya Jirga». L'une d'elles a «blessé légèrement un passant», a confirmé un porte-parole du ministère de l'Intérieur, Sidiq Sidiqqi.

La première a explosé près de l'hôtel Intercontinental, situé non loin de l'Université polytechnique de Kaboul où sont réunis les quelque 2000 délégués de la Loya Jirga, venus des 34 provinces du pays. L'autre est tombée à quelques kilomètres au nord-est du site, où elle a fait un blessé. Les roquettes ont été tirées peu après 08H00 alors que les délégués se rassemblaient sur le campus.

Reprise des travaux à huis clos

Malgré l'attaque, les travaux ont repris normalement jeudi. La Loya Jirga, qui rassemble des représentants des provinces, des tribus, des ethnies et des différentes composantes de la société civile et est réunie très exceptionnellement pour décider des grandes orientations en Afghanistan, s'était ouverte sans incident mercredi et doit prendre fin samedi.

Les talibans conditionnent publiquement toute négociation au départ préalable de tous les soldats étrangers d'Afghanistan et avaient promis de s'attaquer à la Loya Jirga. Lundi, trois hommes transportant des explosifs dans un sac avaient tenté d'entrer sur le campus de l'Université polytechnique. L'un avait été abattu par les forces de sécurité et les deux autres arrêtés.

Karzaï pose ses conditions

Mercredi, en ouvrant la Loya Jirga, M. Karzaï avait annoncé que l'Afghanistan était «prêt à signer le partenariat stratégique» que Kaboul négocie actuellement avec Washington et qui doit encadrer la présence militaire américaine à l'issue du retrait des troupes de combat de la coalition, prévu fin 2014.

Il a néanmoins posé des «conditions» à la signature de ce partenariat, parmi lesquelles la fin des opérations nocturnes et des fouilles de domicile par les forces américaines et l'interdiction pour elles de détenir des Afghans.

Washington s'est félicité que M. Karzaï appuie ce partenariat mais a estimé qu'il était «trop tôt» pour en définir les contours exacts.

Le ministre russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov s'est pour sa part inquiété jeudi du maintien possible de bases militaires américaines en Afghanistan après le retrait des troupes en 2014. Il a mis en garde Washington contre toute visée «géopolitique» dans la région. (ats)

Ton opinion