Autriche: Tollé après le renvoi d'un professeur musulman
Actualisé

AutricheTollé après le renvoi d'un professeur musulman

Le renvoi d'un enseignant progressiste de religion musulmane par la Communauté islamique d'Autriche (IGGiÖ) a suscité mercredi un tollé.

La classe politique a critiqué le conservatisme de cette institution.

Professeur de religion islamique dans un lycée de l'ouest du pays, Aly El Ghoubashy a été sanctionné pour avoir publié mardi dans le quotidien Der Standard une tribune où il relevait que les cours d'islam, tels qu'ils sont conçus, échouaient à «intégrer les jeunes musulmans dans la société».

Le président de l'IGGiÖ, Anas Schakfeh, a justifié cette décision en soulignant que ces propos portaient un «tort considérable» à l'organisation.

Le Parti social-démocrate du chancelier Werner Faymann a vivement condamné la mise à pied. Sanctionner un enseignant de religion qui «se déclare favorable à des réformes de l'intérieur est complètement incompréhensible et contraire aux intention du ministère de l'Enseignement», a-t-il jugé.

Réunis de façon inhabituelle, les partis d'opposition Vert ainsi que FPÖ et BZÖ, tous deux d'extrême-droite, ont dans des termes plus vifs demandé la démission de M. Schakfeh.

Controversé

En poste depuis 1999, M. Schakfeh a vu sa position ébranlée ces dernières semaines pour avoir tenté d'empêcher la publication d'un sondage de l'Université de Vienne montrant que 22% des enseignants de religion islamique interrogés en Autriche rejettent la démocratie.

Par ailleurs, à la mi-février, il avait fallu l'injonction de la ministre de l'Education Claudia Schmied pour qu'il radie un enseignant qui avait distribué en cours une liste d'entreprises multinationales «juives» à boycotter.

Pays concordataire, l'Autriche finance les cours de religions qui, sauf dérogation, sont obligatoires dans les établissements scolaires. L'Etat autrichien emploie 394 enseignants de religion musulmane, pour 50'000 élèves de cette confession.

(ats)

Ton opinion