Dopage: Tom Boonen, contrôlé positif à la «coke», a été suspendu
Actualisé

DopageTom Boonen, contrôlé positif à la «coke», a été suspendu

Tom Boonen, l'une des stars du peloton cycliste, a été contrôlé positif à la cocaïne fin avril, moins de douze mois après un premier faux-pas.

Le Belge de 28 ans met ainsi en péril la suite de sa carrière et s'expose à des poursuites judiciaires. Son équipe Quick Step l'a en outre suspendu avec effet immédiat.

Contrôlé le 24 ou 25 avril par la Communauté flamande de Belgique, le champion du monde 2005 a été convaincu de consommation de cocaïne, deux semaines après son triomphe à Paris-Roubaix.

Le contrôle ayant été effectué en dehors d'une période de course (12 jours après sa dernière sortie, au GP de l'Escaut), Boonen ne risque en principe pas de sanction sportive, la cocaïne ne faisant pas partie des produits interdits hors compétition.

Mais, selon l'avocat du coureur, la justice belge pourrait se montrer moins clémente que lors de son précédent passage devant les tribunaux.

Suite à son premier contrôle positif à la cocaïne (mais aussi à l'ecstasy) en mai 2008, Boonen avait bénéficié «de la suspension du prononcé» à condition de ne pas récidiver dans les trois ans. Les juges belges ne l'avaient pas sanctionné estimant qu'il avait été «suffisamment puni par la médiatisation de l'affaire».

«Juridiquement, ce nouveau contrôle pose problème car les conditions de la suspension de prononcé ont été mises à mal. Le sursis pourrait tomber. Les conséquences pourraient être désastreuses», a reconnu samedi l'avocat du coureur, Me Luc Deleu.

«Une gifle pour Quick Step»

Le parquet de Turnhout a procédé vendredi à une perquisition au domicile de Boonen qui a également été entendu. Les résultats de cette perquisition n'ont pas été communiqués. En Belgique, la possession de cocaïne est punissable d'une peine de prison de 3 mois à 5 ans et d'une amende de 1 000 à 100 000 euros.

«Humainement, le problème est tout aussi énorme. Son image est salie. Il risque de manquer à nouveau le Tour. Je l'ai eu en ligne hier (vendredi): Tom Boonen est au plus bas, dévasté», a poursuivi l'avocat.

Même s'il n'était pas suspendu par l'UCI ou les instances belges, Boonen aura inévitablement à supporter des conséquences sportives.

L'an dernier, les organisateurs du Tour de France ne l'avaient pas autorisé à prendre le départ afin de ne pas nuire à l'image de la Grande Boucle. «Cela risque à nouveau d'être le cas cette année», déplorait samedi Me Deleu.

Boonen risque aussi des sanctions venant de son équipe même si le manager général de Quick Step, Patrick Lefevere, bien que «profondément déçu», ne voulait pas réagir samedi matin «sous le coup de la colère» et attendait «de parler avec les sponsors de l'équipe».

Il y a un an, Quick Step avait maintenu sa confiance en Boonen estimant à l'époque qu'il s'agissait «d'un événement extra- sportif». Le coureur avait même obtenu une prolongation de son contrat pour les trois prochaines saison mais Lefevere avait espéré que «l'affaire serve de leçon».

Le directeur général de la Fédération belge de cyclisme (LVB), Tom Van Damme, parlait samedi de «gifle» pour Quick Step, estimant que «dans les autres équipes, il aurait déjà été dehors».

Boonen, 28 ans, maillot vert du Tour de France 2007 et champion du monde en 2005, devait reprendre la compétition au Tour de Catalogne (18-24 mai). Mais, comme l'an dernier, il pourrait faire l'impasse sur les courses préparatoires au Tour avant d'être une nouvelle fois absent des routes de France. (ats)

Ton opinion