TYPOLOGIE: Top 10 des automobilistes les plus énervants
Getty Images/Uppercut RF
Publié

TYPOLOGIETop 10 des automobilistes les plus énervants

Entre ceux qui roulent constamment sur la voie du milieu, ceux qui ont un comportement agressif et ceux qui collent au pare-chocs, voici le top 10 des automobilistes les plus énervants.

par
Fabio Simeon

1. La bombe à retardement

Getty Images

Télétravail oblige, il y a de l’eau dans le gaz à la maison, le chômage partiel fait qu’il ne reste pas beaucoup de thunes sur le compte à la fin du mois et les Young Boys dominent dans la Super League sans spectateurs… Bref, rien ne va plus! Mais plutôt que d’aller promener le chien, spécialement acheté pendant le confinement, ou de retrouver la paix intérieure sur le tapis de yoga acheté au téléachat, ce type d’automobiliste préfère s’asseoir au volant de sa voiture pour décharger sa haine en conduisant. C’est à coups de klaxon et de doigts d’honneur qu’il se faufile et se fait sa place dans la circulation avant que la pression ne redescende et qu’il n’ait retrouvé son calme. Une vraie bombe à retardement.

2. L’égocentrique impatient

Getty Images

Comme son nom l’indique, la voie d’accélération sert à accélérer. Elle ne s’est encore jamais terminée en fossé au bout, mais se fond généralement avec la bande d’arrêt d’urgence. Et pourtant, il y en a toujours un qui est pressé de quitter la voie d’accélération, alors qu’il roule encore à 60 km/h, obligeant ainsi tous les usagers de la route qui sont lancés à vive allure à freiner dangereusement ou à effectuer des manœuvres d’évitement. Mais il n’y a pas que ceux qui quittent la voie d’accélération trop tôt; il y a aussi ceux qui ne respectent pas les couloirs de secours et le système de tirette et qui font chauffer les disques des freins et pestent au volant. Pourquoi se comportent-ils de manière aussi égoïste? Aucune idée. Peut-être qu’il s’agit d’un cas pour la psychologie à la «poussez-vous, j’arrive!» Le fait que personne ne gagne à ce jeu-là est bien égal aux égocentriques.

3. Le chauffard qui colle au pare-chocs

Getty Images/iStockphoto

Ici, le lieu de l’infraction est l’autoroute, où la vitesse maximale est limitée à 120 km/h. Il reste environ 300 mètres jusqu’à la prochaine sortie. Vous roulez sur la voie du milieu, en parallèle avec les automobilistes qui se sont déjà rabattus pour quitter l’autoroute quand, subitement, un fourgon noir vous dépasse par la gauche à une allure estimée à 180 km/h, repère un espace qui n’en est pas un et vous passe à 30 cm devant le capot pour se rabattre de la voie la plus à gauche sur la voie du milieu pour finalement prendre la voie de sortie, où il se faufile entre deux camions qui klaxonnent en actionnant ses feux de détresse. Encore un égoïste culotté. Rien n’empêche, à l’occasion, de relever le numéro de la plaque d’immatriculation de ce genre de conducteur et de le transmettre à la police, car il n’est pas rare que ce genre de comportement entraîne de graves accidents de la route.

4. Le craintif

Getty Images/Uppercut RF

Ils roulent tous comme des fous, c’est le chaos sur la route et la mort rôde à chaque virage. L’automobiliste qui pense de la sorte en se mettant derrière le volant adopte un comportement en conséquence sur la route. Excessivement prudent, il se fait remarquer par les autres usagers de la route par le fait qu’il roule constamment à faible allure, observe des phases de contrôle particulièrement longues quand il bifurque et hésite en effectuant des manœuvres. Il roule tantôt à gauche, tantôt à droite et freine assez brusquement, comme s’il voyait quelque chose que nous ne voyons pas. Et c’est précisément cela qui le rend si imprévisible. Notre conseil: mieux vaut doubler en toute sécurité, en veillant à ne pas trop effrayer le pauvre bougre au volant.

5. Le myope qui pile

Pavel Losevsky - stock.adobe.com

Si vous avez déjà pris le taxi en vacances dans les pays du sud, vous avez forcément fait l’expérience de sa conduite au volant. On veut parler du myope aux yeux en parfait état de fonctionnement, qui a pour habitude d’accélérer avant un feu rouge pour piler de plus belle ensuite, faisant valser les passagers du véhicule vers l’avant et provocant chez ces derniers un sentiment d’indignation. Avec ce genre d’attitude, il faut croire que pour certains, le prix du carburant n’est pas encore assez élevé. Il n’y a pas d’autre explication à ce comportement nuisible sur le plan sonore, sur celui de la pollution et pour le véhicule.

6. L’incapable

Getty Images

Se garer requiert de la pratique. Mais une fois qu’on a pris le coup de main, cela devient une évidence. En raison du manque de pratique ou d’une liberté de mouvement restreinte de la partie supérieure du corps, il convient de faire preuve d’un peu de patience et de compréhension à l’égard des conducteurs débutants et des usagers de la route âgés. Par contre, ceux qui garent leur voiture sur un emplacement de sorte à ne même plus pouvoir caser une Smart ni devant, ni derrière, alors qu’il y aurait globalement de la place pour un Ford Ranger, ne méritent aucune empathie. Bref, c’est du gaspillage de ressources limitées. Ceux qui, en rentrant chez eux le soir, font désespérément le tour du pâté de maisons en ville pour trouver une place de parking connaissent ce sentiment d’inquiétude mêlée à la colère qui monte à la vue de dizaines de places volées de ce genre.

7. L’arrogant ignorant

Getty Images

À côté des incapables, on trouve aussi souvent dans les parkings des gens qui, grâce à leur arrogance d’ignorant, se hissent au sommet du classement des automobilistes les plus détestables. Car, bien que la recherche d’un emplacement dans un parking bondé s’avère déjà compliquée en soi, ces gens-là ont le culot de garer leur berline de luxe à cheval sur deux emplacements. Concrètement cela ressemble à cela: un pilier en béton, 1,5 m d’espace, une voiture de luxe, 1,5 m d’espace, un pilier en béton. Quand on interpelle les propriétaires de ces véhicules au sujet de cette situation inacceptable, on reçoit généralement comme réponse: «Je n’ai pas envie de me faire défoncer les portières de ma voiture.»

8. Le frimeur

Антон Потемин - stock.adobe.com

À l’entendre, et c’est probablement sa façon de voir les choses, il a déjà pris les virages les plus serrés du col de la Furka à 100 à l’heure. Et ce, avec une main sur le volant d’un véhicule avec essieu rigide et une cigarette dans l’autre. Pour faire la part des choses entre son interprétation très personnelle, ses histoires et l’effet sur l’entourage, le roi du drift autoproclamé conduit souvent en repoussant au maximum les limites de la voiture et du matériel, ce qui va souvent au-delà du raisonnable. C’est bien de savoir que la plupart de ses histoires de héros en solo ne sont et ne restent, la plupart du temps, que des histoires.

9. Le naïf

Getty Images/Tetra images RF

Il se retrouve coincé dans des passages pour piétons souterrains, emprunte la piste de ski en forêt bavaroise ou s’embourbe dans les marais avec son véhicule. Comment est-ce possible? Tout simplement parce qu’il fait davantage confiance à la voix du GPS qu’à ses propres yeux et à son bon sens. La Palme d’or de l’automobiliste qui voue une confiance aveugle à son GPS revient sans conteste à une dame âgée d’Erquelinnes. Au lieu de récupérer, comme prévu, un ami à la gare de Bruxelles, à 90 kilomètres de son domicile, cette Belge a parcouru, en 2013, une distance de 1200 km jusqu’à Zagreb – un record mondial! Petit conseil: lors de courts trajets, n’attendez pas d’avoir fait le plein à deux reprises avant de consulter une carte routière analogique.

10. Le rare cas idéal

Getty Images/iStockphoto

Mais soyons honnêtes: personne n’est parfait. Il nous arrive à tous d’avoir quelquefois les nerfs à vif ou d’être dans un mauvais jour. C’est donc donnant donnant. Tantôt c’est à mon tour de faire preuve d’indulgence, tantôt au tour des autres. Plus on a conscience de cela, plus facile il sera d’excuser une légère hésitation au croisement ou un clignotant oublié. Encore mieux: soyons bienveillants avec les autres, faisons preuve d’indulgence en nous garant, laissons suffisamment de place et de temps aux autres pour s’engager et traitons les autres avec respect. Si chacun fait preuve d’un peu plus de philosophie, tout le monde arrivera à destination en toute sécurité.

Quel est pour vous le pire type d’automobiliste? Auquel vous identifiez-vous le plus? En avons-nous oublié un? Envoyez-nous vos commentaires!

Ton opinion