PANNE D’INSPIRATION - Top 10 des noms de voitures les plus embarrassants
yo camon - stock.adobe.com
Publié

PANNE D’INSPIRATIONTop 10 des noms de voitures les plus embarrassants

Les constructeurs automobiles font preuve d’une grande créativité lorsqu’il s’agit de trouver une appellation pour leurs modèles. Cependant, notre top 10 des noms les plus équivoques prouve que les choses peuvent parfois mal tourner.

par
Fabio Simeon

10. Seat Exeo – mais où vas-tu?

Seat

Nous ne saurons probablement jamais quel message Seat, filiale de Volkswagen, souhaitait transmettre avec sa déclinaison de l’Audi A4, l’Exeo (qui signifie «je sors» en latin). Rien que pour cette raison, le break haut de gamme à prix bradé a mérité sa place dans notre classement des noms de voitures les plus farfelus.

9. Audi TT Coupé – Sans queue ni tête

Audi

Les avis étaient partagés sur le design de l’Audi TT Coupé, lancée en 1998. Aussi, la seule voiture de sport d’Audi à l’époque (la R8 n’est sortie de la chaîne de production d’Ingolstadt que des années plus tard) a rapidement gagné en popularité. Si la dénomination TT n’a guère été remise en cause dans les pays germanophones, en France, elle a été perçue comme ridicule par plus d’un. Car, dans la langue de l’amour, «TT Coupé» a vite fait de sonner comme «tête coupée», ce qui n’est pas sans rappeler l’exécution du roi Louis XVI et l’époque de la guillotine. Malgré son nom, la TT a été un succès commercial, ce qui a sans doute évité à d’autres têtes de tomber.

8. VW Phaeton – Un échec divin

Volkswagen

Au sein du groupe Volkswagen, Audi et Seat ne sont pas les seules marques à affubler leurs modèles de noms bizarres. En 2002, Volkswagen a, à son tour, sorti un modèle au nom malencontreux, la Phaeton. Au lieu de donner à la berline haut de gamme quatre portes le nom d’un vent, comme à l’accoutumée, c’est le nom du fils du dieu du soleil Hélios qui ornait l’arrière. Or, ce dernier est surtout connu pour avoir perdu le contrôle et détruit le précieux char de son père lors d’une course. L’histoire de la Volkswagen de luxe a, elle aussi, quelque chose d’un héros tragique, car après plus d’un milliard d’euros de coûts de développement, le groupe a dû, selon les analystes, financer chaque Phaeton à hauteur de 28’000 euros. Contrairement à l’Extrême-Orient, où elle se vend plutôt bien, la berline a sans doute été perçue comme une Passat géante beaucoup trop chère sur le marché européen.

7. Audi e-tron – Un nom merdique

Audi

Avec la famille e-tron, Audi prouve que même les plus grands ne tirent pas toujours de leçons de leurs erreurs. Il semblerait que le service marketing aux quatre anneaux, mais dénué de francophones, continue de ne soumettre ses appellations à contrôle que sur la rive allemande du Rhin. Alors que pour les germanophones, l’e-tron fait indubitablement référence au SUV 100% électrique d’Audi, les Français pensent fatalement à un étron, c’est-à-dire à un tas d’excréments. Les Français souhaitant malgré tout se payer une Audi 100% électrique, qui n’ont que faire des insultes au feu rouge et qui ont l’argent, peuvent depuis peu commander la version sport e-tron GT de 530 ch. Son allure agressive et son passage de 0 à 100 km/h en 4,1 secondes vous feront assurément penser à autre chose.

6. Hyundai Kona – Jusqu’au changement de nom

Hyundai

Les constructeurs automobiles allemands ne sont pas les seuls à se débattre avec les langues étrangères de ce monde. En 2017, Hyundai a notamment dû revoir sa copie tout juste après le lancement du Kona. Car, ce qui semble être un terme fantaisiste, court, accrocheur et facile à prononcer au niveau international, pose des problèmes au Portugal. Et pour cause: en portugais, l’homophone cona est un terme vulgaire utilisé pour désigner les organes génitaux féminins. Hyundai a remédié au problème en commercialisant le crossover sud-coréen sous le nom de «Kauai», nom d’une île de l’archipel d’Hawaï, dans le pays le plus occidental d’Europe.

5. Fiat Uno – Plutôt rare en Finlande

En 1983, la Fiat Uno a succédé à la 127. Le nom devait sans doute symboliser le fait que la Uno devait devenir la numéro un du segment des petites voitures. Deux ans au plus plus tard, c’était effectivement le cas avec la version turbo, qui associait un poids de 845 kg, une puissance de 105 ch et un couple de 147 Nm. Résultat: une vitesse de pointe de 200 km/h et un passage de 0 à 100 km/h en 8,3 secondes. Elle dépassait ainsi la Peugeot 205 GTi 1.6 (196 km/h et 9,1 secondes) et battait également la Volkswagen Golf GTI 1.8, plus chère (188 km/h et 9,6 secondes). La petite sportive s’est ainsi fait une place dans le cœur des Européens. À l’exception de ceux des Finlandais, qui n’associent le terme de Uno ni à la numéro un, ni au jeu de cartes, mais à un «idiot». Avec une Fiat turbo idiote, tout est dit concernant les chiffres des ventes en Finlande.

4. VW Vento – Un vieux scandale relatif aux émissions de gaz

Volkswagen

En tant que successeur de la deuxième génération de Volkswagen Jetta, elle était censée redorer l’image écorchée de l’image de Wolfsburg et faire avancer les ventes. Tout ce devait donc d’être mieux dans la nouvelle version à hayon de la Golf III. Les designers ont donc planché sur une nouvelle ligne et le marketing sur un nouveau nom: Vento. Ce dernier a surtout été la cause de moqueries en Italie et a donné lieu à un scandale relatif aux émissions de gaz plutôt cocasse. Car si Vento a effectivement la signification de «vent» au sud du Saint-Gothard, le terme désigne également un pet en langage familier.

3. Lamborghini Reventón – c’est (dé)gonflé

Mecum Auction

Même les constructeurs de supercars ne sont pas à l’abri de faire un mauvais choix d’appellation. En 2007, le fameux constructeur de Sant’Agata Bolognese dévoilait ainsi sa Lamborghini Reventón. Limitée à 22 exemplaires et basée sur la Murciélago, la voiture de sport développe 650 ch et franchit la barre des 100 km/h en seulement 3,4 secondes. Comme le veut la tradition, son nom fait référence à un taureau, en l’occurrence à un célèbre taureau qui a marqué l’histoire de la corrida pour avoir tué son adversaire toréador. La combinaison du rugissant V12, de l’allure d’un avion de chasse et de l’histoire du nom a suffi à faire peur à certains. Sauf à nos amis les Espagnols, qui ont sans doute dû lire le nom du modèle plusieurs fois avant de s’en amuser. Car, dans le royaume d’Espagne, «reventón» signifie «crevaison». Et à une vitesse de pointe de 340 km/h, le nom a plutôt intérêt à ne pas s’appliquer littéralement.

2. Ford Pinto – Un malheureux hasard?

Ford

Au début des années 1970, les constructeurs automobiles américains ont commencé à lancer sur le marché leurs premiers modèles compacts, y compris Ford qui dévoilait alors sa Pinto: un coupé au hayon fuyant à quatre cylindres, vendu à trois millions d’exemplaires, avec deux phares ronds à l’avant et un énorme problème. Car, en cas de collision, la Ford pouvait se transformer en un véritable brasier, dû à un défaut de conception du réservoir d’essence. Ce dernier était (comme c’était souvent le cas à l’époque) placé entre le pare-chocs et l’essieu arrière, mais sans aucun espace de déformation, de sorte que, lors d’une collision, le réservoir cédait, répandant le carburant dans l’habitacle du véhicule. Drôle de coïncidence: le modèle qui explose quand ça fait boum a un nom bien trouvé, car en espagnol, «pinto» désigne également un petit pénis ou un lâche.

1. Mitsubishi Pajero – Rien d’un félin

yo camon - stock.adobe.com

La première place du classement revient à Mitsubishi et à son Pajero. D’après Mitsubishi, l’appellation du véhicule est censée venir du nom scientifique d’un félin d’Amérique du Sud, le «felis pajero». D’après les Japonais, les caractéristiques de ce félin plein de douceur et de grâce ont été attribuées à raison à leur SUV. Il est juste dommage que dans toutes les régions du monde où l’on parle espagnol, «pajero» signifie «branleur». La société remédie à son faux pas comme suit: «Il y a une chose que nous n’avons pas considérée: certes, «pajero» est le nom scientifique d’un félin, mais en espagnol vulgaire, le terme a une signification à ne pas répéter.» En attendant, Mitsubishi commercialise son SUV sous le nom de Montero («traqueur») en Espagne et en Amérique du Sud.

Pour vous, le nom d’une voiture a-t-il une importance? Y prêtez-vous attention lorsque vous achetez un véhicule? Est-ce que rouler avec l’un de ces modèles serait gênant pour vous?

Ton opinion