Actualisé 30.12.2019 à 11:57

SoudanTorture d'un manifestant: 27 agents seront pendus

Des membres du renseignement ont été condamnés à mort lundi pour le meurtre d'un instituteur durant la crise politique soudanaise.

1 / 87
Au total 27 agents de renseignement ont été condamnés à mort pour le meurtre d'un enseignant durant la crise politique soudanaise. (Lundi 30 décembre 2019)

Au total 27 agents de renseignement ont été condamnés à mort pour le meurtre d'un enseignant durant la crise politique soudanaise. (Lundi 30 décembre 2019)

AFP
Un tribunal de Khartoum doit rendre samedi son verdict à l'encontre de l'ex-président soudanais Omar el-Béchir, accusé de corruption. (Samedi 14 décembre 2019)

Un tribunal de Khartoum doit rendre samedi son verdict à l'encontre de l'ex-président soudanais Omar el-Béchir, accusé de corruption. (Samedi 14 décembre 2019)

AFP
Un juge soudanais a fixé samedi au 14 décembre le verdict dans le procès pour corruption du président déchu Omar al-Béchir. (Samedi 16 novembre 2019)

Un juge soudanais a fixé samedi au 14 décembre le verdict dans le procès pour corruption du président déchu Omar al-Béchir. (Samedi 16 novembre 2019)

AFP

Un tribunal soudanais a condamné lundi à la peine capitale 27 membres du service des renseignements généraux. Ils étaient jugés pour la mort d'un manifestant en décembre 2018, a rapporté un correspondant de l'AFP.

Reconnues coupables d'avoir torturé à mort un manifestant qui était détenu dans les locaux du service des renseignements, les 27 personnes ont été condamnées à mort par pendaison, selon le juge Sadok Albdelrahmane.

La victime était un enseignant, qui a été frappé et torturé à mort après son arrestation fin janvier par les membres de ce service dans une localité de l'Etat de Kassala, dans l'est du pays, a indiqué le juge.

Prix du pain

Le 19 décembre 2018, des centaines de Soudanais avaient commencé à manifester dans plusieurs villes du pays après la décision gouvernementale de tripler le prix du pain en pleine crise économique.

Ce mouvement s'est transformé en une révolte qui a abouti le 11 avril à la destitution par l'armée du président Omar el-Béchir, après 30 ans de pouvoir sans partage.

Selon Amnesty, au moins 177 personnes ont été tuées dans la répression du mouvement et plus de 250 d'après un comité de médecins proche des manifestants, notamment au cours d'un massacre le 3 juin devant le QG de l'armée, à Khartoum. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!