Vaud/Fribourg: Toujours pas de solutions pour des Yéniches fâchés
Actualisé

Vaud/FribourgToujours pas de solutions pour des Yéniches fâchés

Les autorités n'ont trouvé aucun terrain pour les gens du voyage suisses. Ceux-ci partent, mais vont demander l'asile politique à Berne!

par
Frédéric Nejad Toulami
Les dernières familles ont quitté à bord de leurs deux mobile homes le parking de l'EHL, au Chalet-à-Gobet, ce week-end.

Les dernières familles ont quitté à bord de leurs deux mobile homes le parking de l'EHL, au Chalet-à-Gobet, ce week-end.

Des familles semi-nomades au passeport suisse s'étaient installées en mai dernier sur un parking de l'Ecole hôtelière, sur les hauts de Lausanne. Après tractations avec la direction de l'institution, la Ville et le Canton, les Yéniches avaient obtenu le droit de rester au plus tard jusqu'à la fin octobre, le temps de trouver un autre endroit pour les accueillir.

Table ronde le 6 novembre

Cinq mois plus tard, les deux derniers mobile homes ont quitté les lieux ce week-end, respectant ainsi l'accord avec Lausanne, propriétaire du terrain où des travaux vont bientôt débuter. Préfet du Nord vaudois et médiateur cantonal auprès des gens du voyage, Etienne Roy a confirmé dimanche à «20 minutes» qu'aucune solution n'avait été trouvée durant l'été. «Des pistes sont toujours étudiées, et le Canton organise une table ronde vendredi 6 novembre avec des communes invitées. Nous allons tenter de les sensibiliser à cette problématique», souligne-t-il.

Toutes les communes fribourgeoises ont dit: non!

La situation est bien plus tendue dans le canton voisin de Fribourg. Des familles souhaitaient passer l'hiver sur un terrain à Bulle, mais les autorités de cette commune ont menacé de les faire évacuer par la force dès aujourd'hui. Porte-parole des Yéniches en Suisse romande, Albert Barras fait part de sa colère dans «La Liberté» de samedi. Il y explique que les 163 communes fribourgeoises ont refusé de leur mettre à disposition un lieu (pourtant prévu dans la Constitution). Il envisage alors de demander «l'asile politique dans le canton de Berne».

Ton opinion