Actualisé 08.10.2012 à 16:28

AVS Toujours plus de seniors travaillent

Toujours plus de seniors continuent à travailler au- delà de l'âge légal de la retraite.

Pour travailler au-delà de l'âge légal, il faut être en bonne forme et avoir un emploi ménageant la santé.

Pour travailler au-delà de l'âge légal, il faut être en bonne forme et avoir un emploi ménageant la santé.

L'âge de la retraite est de moins en moins synonyme d'interruption de la vie professionnelle. Selon une étude mandatée par l'OFAS, le choix de jouer les prolongations dépend davantage de questions de santé et des conditions de travail que du portemonnaie.

Un bon tiers des travailleurs et des travailleuses conservent un emploi au-delà de 65 ans, respectivement 64, indique l'Office fédéral des assurances sociales (OFAS) en publiant lundi les résultats de l'étude qu'il a mandatée. Ce n'est pas la perspective d'une rente plus élevée qui les motive avant tout. L'aspect financier joue un rôle un peu moins important que la santé et les conditions de travail.

Pour travailler au-delà de l'âge légal, il faut être en bonne forme et avoir un emploi ménageant la santé. Les seniors attendent également de la souplesse, surtout pour les horaires, une bonne ambiance de travail, une activité intéressante et de la reconnaissance de la part de l'employeur.

Transfert du savoir-faire

Néanmoins, la majorité des patrons ne jugent utile et nécessaire d'employer des collaborateurs âgés que pour certaines fonctions. Ils voient un intérêt à tirer parti plus longtemps de leurs compétences et de leur expérience et comptent sur eux pour assurer le transfert de savoir-faire aux plus jeunes.

Ces patrons ne pratiquent pas de façon systématique une politique du personnel favorisant l'emploi des seniors, constatent les auteurs de l'étude. Or d'après eux, le rôle des employeurs est déterminant dans l'encouragement de l'emploi des personnes de 58 ans et plus visé par le Conseil fédéral.

Souplesse

Il importe que les autorités accompagnent ce mouvement afin d'anticiper les difficultés de recrutement que l'évolution démographique ne devrait pas manquer d'entraîner. Une réglementation légale plus souple contribuerait ainsi à améliorer les conditions générales pour les travailleurs âgés. Le rapport évoque plusieurs pistes.

Outre un assouplissement accru de l'âge donnant droit à une rente ordinaire AVS, il serait utile d'instaurer la possibilité de percevoir une rente AVS partielle. Les modèles de retraite à la carte pourraient se développer du côté des employeurs.

Le législateur devrait également harmoniser les dispositions concernant les 1er et 2e pilier (AVS et LPP), notamment en rééquilibrant les incitations financières en matière de LPP. Ces dernières seraient réduites pour ceux qui partent en retraite anticipée et renforcées pour ceux qui prolongent.

D'après l'étude, la majorité des seniors et des employeurs verrait d'un oeil favorable un assouplissement accru de l'âge de la retraite ainsi qu'un âge de la retraite identique pour les hommes et les femmes et un alignement des âges ordinaires de la retraite dans les 1er et 2e piliers.

A la pointe

La notion de souplesse n'est pas nouvelle, mais elle évolue dans le temps. Ainsi la tendance à l'augmentation du nombre de retraites anticipées, observée il y a quelques années encore, s'est affaiblie depuis 2008. Il est apparu que l'âge moyen du départ à la retraite des femmes a augmenté au cours des quinze dernières années, tandis que celui des hommes a d'abord baissé légèrement, pour remonter ensuite.

Entre 2008 et 2011, l'âge moyen de départ à la retraite était de 64,1 ans pour les hommes et de 62,6 pour les femmes. En comparaison internationale, la Suisse occupe une position de pointe, en compagnie de la Norvège et de la Suède, précise l'OFAS.

Environ 40% des personnes actives quittent le monde professionnel jusqu'à un an avant d'atteindre l'âge légal AVS. Elles sont un peu plus de 20% à prendre la retraite lorsqu'elles atteignent cet âge, et plus d'un tiers continuent de travailler au-delà.

Cordonnier bien chaussé

La tendance à prendre une retraite anticipée varie considérablement d'une branche à l'autre. Sans surprise, les employés dans des branches au salaire moyen élevé, comme le crédit et les assurances, prennent bien plus souvent une retraite anticipée.

Ceux-ci peuvent en outre souvent profiter de bonnes prestations de prévoyance professionnelle. Ceux qui travaillent plus longtemps sont en grande majorité des indépendants et des «temps partiel».

Les enquêteurs ont interrogé par téléphone 1292 personnes âgées entre 58 et 69 ans et, en ligne, 1969 chefs d'entreprises. Ces enquêtes, qui doivent servir de base supplémentaire aux prochaines décisions concernant la réforme nécessaire de l'AVS, ont été complétées par une analyse de documents et par des entretiens qualitatifs avec les partenaires sociaux et les employeurs.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!