VOITURE DE SPORT AU LIEU DU VELO - Tour de France à bord d’une Alpine A110 en maillot jaune
Un Tour de France en Alpine A110

Un Tour de France en Alpine A110

Michael Lusk
Publié

VOITURE DE SPORT AU LIEU DU VÉLOTour de France à bord d’une Alpine A110 en maillot jaune

Le Tour de France est la plus célèbre course cycliste du monde. Nous sommes partis sur les traces de cette fascination pour la Grande Boucle, non pas à vélo, mais au volant d’une Alpine A110, jaune, comme il se doit.

par
Michael Lusk

Depuis 1903, le Tour de France fascine les foules. Depuis lors, la course cycliste la plus célèbre du monde regorge d’innombrables histoires de courses héroïques et de spectaculaires défaites. Pendant près de trois semaines au mois de juillet, les athlètes luttent pour gagner quelques secondes dans le contre-la-montre, s’élancent dans des descentes vertigineuses de cols légendaires comme le Tourmalet, souffrent dans l’ascension de l’Alpe d’Huez, passent devant des châteaux et des sites français d’une grande beauté pour finalement honorer le digne vainqueur sur les Champs-Élysées.

Seul celui qui se distingue dans toutes les disciplines a le privilège de revêtir le maillot jaune à la fin. Nous sommes partis sur les traces de cette fascination, non pas sur deux, mais sur quatre roues, au volant de la nouvelle A110 Color Edition d’Alpine, filiale du constructeur automobile français Renault.

Un contre-la-montre sur l’Anneau du Rhin

Notre Tour de France démarre avec un contre-la-montre, dans la proche Alsace. Sur le circuit de l’Anneau du Rhin, la Française doit prouver qu’elle a ce qu’il faut pour décrocher le maillot jaune. Avec son empattement court et son moteur central d’une puissance de 252 ch, l’Alpine s’avère extrêmement stable, tourne parfaitement dans les virages et transmet la puissance au sol de manière souveraine en sortie de virage.

La boîte de vitesses à double embrayage et sept rapports permet toujours d’être dans le bon rapport, même en mode automatique et le châssis absorbe les aspérités de la piste. Et c’est ainsi que l’Alpine remporte cette étape et enfile le maillot jaune.

Sur des circuits étroits comme l’Anneau du Rhin, les 252 ch de puissance de l’Alpine sont amplement suffisants.

Sur des circuits étroits comme l’Anneau du Rhin, les 252 ch de puissance de l’Alpine sont amplement suffisants.

Michael Lusk
Personne n’arrive à dépasser facilement le poids plume d’1,1 tonne.

Personne n’arrive à dépasser facilement le poids plume d’1,1 tonne.

Michael Lusk
L’Alpine, qui porte bien son nom, est encore plus dans son élément dans les Alpes françaises.

L’Alpine, qui porte bien son nom, est encore plus dans son élément dans les Alpes françaises.

Michael Lusk

Étape de montagne vers l’Alpe d’Huez

Le repos sera néanmoins de courte durée. Car elle est attendue dans les Alpes, avec ses cols abrupts et ses montées avec un dénivelé à deux chiffres, ses innombrables lacets et ses routes partiellement accidentées. Il faut vaincre des noms célèbres tels que le col de Tourmalet ou le col d’Iseran, la première étape légendaire étant l’Alpe d’Huez, où une bonne adhérence et de bons freins sont requis.

Grâce à la précision de la direction, le poids plume français se laisse manœuvrer avec précision dans chaque virage et sur les courtes lignes droites, elle n’a aucun mal à suivre de près les motards. Comme il n’y a pas que des montées, mais aussi des descentes, les freins doivent être irréprochables. Avec un poids de seulement 1,1 tonne, cela ne pose aucun problème, sachant que si vous roulez à 100 km/h, la distance d’arrêt est de 33 mètres. Conclusion provisoire: l’Alpine a réussi l’exploit en tant que grimpeur et a défendu de manière souveraine le maillot jaune.

Avaler des kilomètres le long de la Loire

Bien répartir ses forces est la clé du succès sur les longues étapes sur le plat au centre de la France. Après les Alpes et les Pyrénées, le regard se porte déjà en direction de la capitale, où un accueil en grande pompe est réservé aux héros du Tour de France. Mais l’Alpine ne doit pas prendre cette étape à la légère, car Paris est encore loin.

Grâce à son efficacité, elle poursuit sa route de manière souveraine. Certes, le réservoir n’a qu’une contenance de 45 litres, mais avec une consommation moyenne de 6,1 litres aux 100 kilomètres, l’autonomie est de plus de 700 kilomètres. Dans cette discipline, elle doit certes s’avouer vaincue face aux pros, mais conserve l’avance qu’elle a prise sur le peloton.

Un sprint sur les Champs-Élysées

On y est presque. Dans la dernière étape du tour d’honneur, le meneur du Tour de France n’a traditionnellement plus rien à craindre de ses concurrents. Partout où nous passons avec notre Alpine jaune, nous nous faisons accoster, voire photographier. Les Français ne sont pas uniquement fiers du Tour, mais également de leur fleuron du sport automobile.

Et comme si l’Alpine voulait le prouver, elle s’élance même dans un sprint final, tenant la cadence avec les meilleurs dans cette discipline avec son passage de 0 à 100 km/h en 4,5 secondes. Au final, l’Alpine a largement mérité le maillot jaune. Il n’y a qu’au niveau du volume du coffre, d’une contenance de 196 litres, qu’elle a failli. Mais c’est bien pour cela qu’il y a une voiture-balai sur le Tour après tout, non?

Ton opinion