Primes maladie: Tour de vis des complémentaires dénoncé

Actualisé

Primes maladieTour de vis des complémentaires dénoncé

Une alliance appelle le Parlement à rejeter une réforme du Conseil fédéral visant à économiser plus de 300 millions de francs.

Non au démantèlement des prestations complémentaires. L'Alliance PC, qui représente notamment les personnes âgées, handicapées ainsi que les travailleurs appelle le Parlement à rejeter la réforme du Conseil fédéral visant à économiser plus de 300 millions de francs.

Le projet de révision de la loi sur les prestations complémentaires veut réduire le remboursement des primes maladie et rendre les critères d'accès aux prestations complémentaires plus sévères, déplore l'alliance. Or cette réforme ne s'attaque pas aux vrais problèmes et risque de provoquer un glissement vers l'aide sociale.

L'Alliance prestations complémentaires (Alliance PC) demande en outre aux Chambres fédérales d'adapter le montant du loyer pris en compte pour le calcul des prestations complémentaires. Celui-ci est le même depuis 2001, alors que l'index des loyers a augmenté de plus de 20% depuis, souligne le Conseil suisse des aînés, membre de cette alliance.

Conditions très précaires

Avec 1100 francs pour une personne seule et 1250 francs pour les familles et les couples, ces montants ne couvrent absolument plus les loyers actuels. Les bénéficiaires de cette aide «doivent déjà compter jusqu'au dernier centime», écrit l'Alliance PC dans un communiqué.

Il en va d'une aide financière aux personnes âgées qui en ont le plus besoin, aux malades et aux invalides, dont le revenu ne couvre pas les besoins vitaux d'existence, poursuit le Conseil suisse des aînés. «Ces personnes, en majorité vulnérables, vivent en partie dans des conditions très précaires».

Et d'insister: «Le niveau actuel des prestations complémentaires doit non seulement être maintenu, mais si possible amélioré». Près de 45% des rentiers et rentières AI dépendent des prestations complémentaires, rappellent Inclusion Handicap et Travail.Suisse, également au sein de l'alliance.

Rester à la maison

L'Alliance PC veut également encourager les personnes âgées à continuer à vivre à la maison. Cela demande plus d'investissement dans l'immédiat, mais se traduira par un nombre plus réduit d'entrées dans les homes, souligne-t-elle.

A l'heure actuelle, les cantons paient plus de 2 milliards de francs pour les «coûts supplémentaires liés au séjour en home», avance Travail.Suisse. Selon ce dernier, la Confédération devrait d'ailleurs participer aux frais de maladie et d'invalidité des prestations complémentaires jusqu'ici seulement à la charge des cantons.

L'Alliance PC regroupe des organisations de personnes âgées, handicapées, de travailleurs, de femmes et de locataires. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion