Genève – Tous punis pour la rixe, aucun pour la gorge tranchée
Publié

GenèveTous punis pour la rixe, aucun pour la gorge tranchée

Le Tribunal correctionnel a condamné trois jeunes adultes qui avaient pris part à une grave bagarre, devant une boîte de nuit, mais a renoncé à désigner qui avait manié un tesson de façon quasi létale.

par
Jérôme Faas
Un tesson de bouteille avait été utilisé pour causer de très graves plaies au cou à la victime.

Un tesson de bouteille avait été utilisé pour causer de très graves plaies au cou à la victime.

Getty Images/iStockphoto

Que s’est-il exactement passé durant la bagarre qui, une nuit de septembre 2018 devant la Gravière, une discothèque du quartier des Vernets, a valu à un jeune homme de frôler la mort, la gorge tranchée par un tesson de bouteille? Le Tribunal correctionnel n’est pas parvenu à le déterminer avec précision, estimant en particulier manquer d‘éléments pour désigner l’auteur du coup presque létal. Ce vendredi, il a donc jugé coupables de rixe les trois prévenus à sa disposition (ceux dont la participation active aux violences était établie, alors qu’une dizaine de jeunes hommes en étaient venus aux mains). Mais il a renoncé à condamner pour lésions corporelles graves celui que le ministère public accusait d’avoir déchiré le cou de la victime.

C’est finalement cet homme de 23 ans qui s’en tire avec la peine la moins lourde, six mois de prison avec sursis (alors que le parquet avait réclamé trois ans dont un an ferme), en raison de son absence d’antécédents spécifiques. Le tribunal a en revanche été plus sévère avec les deux autres, soit le grand frère de la victime et un copain. Ces deux jeunes adultes de 31 et 26 ans avaient fondu sur les lieux, appelés à la rescousse par la victime – qui ne l’était pas encore et avait déclenché une altercation après avoir importuné des jeunes femmes dans la file d’attente.

Le président du tribunal a ainsi relevé que le grand frère avait «amené les participants sur les lieux pour se battre» alors que son cadet était responsable du grabuge initial. Il lui a donc rappelé qu’il serait «malvenu de se voir comme un héros» (c’est lui qui a emmené le blessé à l’hôpital) car il était responsable de la bagarre et donc, d’une certaine façon, de ses funestes conséquences. Pis, il se trouvait sous le coup d’un sursis de 20 mois. «Il n’est pas concevable de laisser une septième chance à un prévenu pour des faits similaires», a remarqué le magistrat. Il a donc écopé de 2 ans de prison ferme. Son acolyte, lui aussi lesté d’antécédents, a pris six mois ferme.

Ton opinion