Le b.a.-ba du changement climatique – Tout ce que vous devez savoir sur le dioxyde de carbone - Partie 1
Publié

Le b.a.-ba du changement climatiqueTout ce que vous devez savoir sur le dioxyde de carbone - Partie 1

Gaz à effet de serre, CO₂, équivalents CO₂… Le débat autour du changement climatique est truffé de termes spécifiques et techniques. Nous vous expliquons ici leur signification et pourquoi le CO₂ est nuisible à la nature.

par
Jan Graber
Les systèmes de chauffage au fioul et au gaz contribuent largement à la teneur trop élevée en CO₂ de l’atmosphère.

Les systèmes de chauffage au fioul et au gaz contribuent largement à la teneur trop élevée en CO₂ de l’atmosphère.

Urs Jaudas/Tamedia

Des articles sur le changement climatique sont publiés presque tous les jours. Ils sont truffés de termes techniques et spécifiques – des notions de base qui nous échappent souvent ou que nous avons oubliées. Que sont, par exemple, les équivalents CO₂? Pourquoi le dioxyde de carbone (CO₂) est-il nuisible à notre planète? À partir de quelle quantité? Quels sont les secteurs qui possèdent la plus grande empreinte CO₂? Dans ce premier volet, nous vous expliquons les termes principaux et pourquoi les gaz à effet de serre jouent un rôle clé en matière de changement climatique.*

Qu’est-ce que le CO₂?

Le dioxyde de carbone, dont l’abréviation est CO₂, est un gaz incolore et inodore. Il est constamment émis et réabsorbé par la végétation, les océans et les sols – ce phénomène se fait appeler le cycle naturel du carbone. Sans intervention de l’homme dans la nature, les flux de carbone entrant et sortant de l’atmosphère seraient équivalents et il n’y aurait pas de réchauffement climatique.

Pourquoi le CO₂ est-il si important dans le processus de changement climatique?

La quantité supplémentaire de CO₂ qui finit dans l’atmosphère quand l’homme brûle des combustibles fossiles perturbe l’équilibre naturel. Comme les océans, les sols et la végétation ne sont en mesure d’absorber qu’une partie (pour l’heure, environ la moitié) du CO₂ supplémentaire d’origine humaine, cela crée un excédent. Conséquence directe: la concentration de CO₂ dans l’atmosphère augmente à un rythme sans précédent.

Que sont les gaz à effet de serre?

Ce sont des composants gazeux de l’atmosphère qui provoquent ce que l’on nomme l’effet de serre. Parmi ceux qui sont imputables à l’homme, on trouve principalement le dioxyde de carbone (CO₂), le méthane (CH4), l’oxyde nitreux (N2O, ou gaz hilarant) et divers gaz synthétiques, comme les hydrofluorocarbures (HFC), les perfluorocarbures (PFC), l’hexafluorure de soufre (SF6) et le trifluorure d’azote (NF3).

Pourquoi les gaz à effet de serre, notamment le CO₂, sont-ils néfastes pour le climat?

Divers gaz à effet de serre se retrouvent dans l’atmosphère en raison des activités humaines et participent au changement climatique. Le CO₂ y contribue le plus, car il est émis en grandes quantités et perdure longtemps. Depuis l’industrialisation, qui a conduit à un accroissement de l’utilisation des combustibles fossiles, la teneur de l’atmosphère en CO₂ a massivement augmenté, entraînant une hausse de la température moyenne de la planète.

De quelle manière les gaz à effet de serre conduisent-ils au réchauffement de la planète?

La surface de la Terre est chauffée par le rayonnement solaire. Notre planète libère à son tour cette chaleur (aussi sous forme de rayonnement) dans l’atmosphère. Les gaz à effet de serre qui y sont présents absorbent ce rayonnement et en renvoient une partie vers la Terre. Sa surface et la couche la plus basse de l’atmosphère se réchauffent alors davantage. Plus la concentration de gaz à effet de serre est élevée, plus le réchauffement est important. C’est pourquoi il est primordial de réduire nos émissions de gaz, et en particulier de CO₂.

Comment faire diminuer le CO₂?

Le CO₂ est normalement prélevé dans l’air par la nature (végétation, océans et sols). Si la teneur en CO₂ dépasse les possibilités naturelles d’absorber le dioxyde de carbone, on se retrouve avec un surplus. Ce phénomène ne peut être réduit que par un filtrage actif – par exemple avec des systèmes de filtration du CO₂. Cette technologie n’en est cependant qu’à ses débuts et ne peut pas encore être utilisée à une échelle assez large pour être efficace.

* Les informations se basent sur un échange écrit avec l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), ainsi que sur les données disponibles sur www.admin.ch.

Dans la deuxième partie consacrée à cette thématique, qui sera publiée le 26 octobre, vous apprendrez ce que sont les équivalents CO₂, les émissions grises, et où il est possible d’économiser le plus de dioxyde de carbone.

Ton opinion