Détection du Covid - Tout le monde ne se fait pas tester, mais tout le monde va aux toilettes

Publié

Détection du CovidTout le monde ne se fait pas tester, mais tout le monde va aux toilettes

L’analyse des eaux usées est utilisée depuis le début de la pandémie pour détecter les dynamiques de contamination. Elle s’affine de plus en plus.

Les traces qu’on laisse tous aux cagoinces ne mentent pas.

Les traces qu’on laisse tous aux cagoinces ne mentent pas.

Esther Michel, EAWAG

L’analyse des eaux usées a le mérite d’échapper aux influences des décisions politiques: tests payants ou gratuits, généralisés ou ponctuels, sur symptômes ou pour obtenir un certificat Covid: les règles autour des dépistages du Covid influencent le nombre déclaré de cas. Les eaux usées, elles, ne mentent pas: tout le monde passe tous les jours aux cabinets et laisse ses traces, testé ou non, symptomatique ou non. Lausanne, par exemple, a rapidement utilisé cette technique pour observer l’évolution de l’épidémie.

En Suisse et ailleurs, ces analyses intéressent donc tout particulièrement. Dernièrement, elles ont été affinées par des chercheurs de l’EAWAG et de l’EPFZ pour calculer le taux de reproduction du virus, c’est-à-dire le nombre de personnes que va contaminer une personne contaminée. «Nombre de mesures sanitaires ont été prises en fonction de l’évolution de la pandémie, plus précisément en fonction du taux de reproduction du virus, le fameux R», note le Fonds national suisse, qui a financé des recherches à ce sujet.

Un temps d’anticipation

«Les personnes infectées excrètent le virus dans les égouts, par exemple en se brossant les dents ou en allant aux toilettes. Selon le nombre de personnes malades à un moment donné, les eaux usées contiennent plus ou moins de traces du virus», explique le communiqué de presse.

Cette méthode peut même avoir un avantage: elle permettrait de détecter précocement si une dynamique est à l’œuvre. Dans le monde entier, ces analyses sont scrutées. Par exemple, tout dernièrement, des analyses à Boston, aux États-Unis, ont identifié une recrudescence forte des contaminations, alors que les cas déclarés après des tests de dépistages ne connaissaient qu’une augmentation plus modérée.

(ywe)

Ton opinion

241 commentaires