Quadruple meurtre dans l’Idaho: «Toute la clique des filles populaires se moquait de lui à l’école»

Publié

Quadruple meurtre dans l’Idaho«Toute la clique des filles populaires se moquait de lui à l’école»

L’homme suspecté d’avoir massacré quatre étudiants en novembre dernier était rejeté par la gent féminine dans son enfance. Il a pu agir par vengeance.

Dans sa jeunesse, Bryan Kohberger était un élève marginal qui souffrait de surpoids.

Dans sa jeunesse, Bryan Kohberger était un élève marginal qui souffrait de surpoids.

Getty Images via AFP

Alors que Bryan Kohberger continue de nier son implication dans le quadruple meurtre perpétré mi-novembre 2022 à Moscow (Idaho), les enquêteurs tentent d’en savoir plus à son sujet. Cette semaine, une jeune femme a contacté le FBI dans l’espoir d’apporter un nouvel éclairage sur la personnalité du suspect. Kim Kenely, 27 ans, était à l’école secondaire avec Bryan Kohberger à Brodheadsville (Pennsylvanie). Celui-ci s’était amouraché de sa camarade et lui faisait régulièrement des avances.

Bryan Kohberger était enveloppé à l’époque, ce qui lui a valu de nombreuses moqueries. 

Bryan Kohberger était enveloppé à l’époque, ce qui lui a valu de nombreuses moqueries. 

CBS

À l’époque, Bryan Kohberger était un élève marginal et en surpoids, qui n’avait pas beaucoup de copains. Il glissait des lettres d’amour dans le casier de Kim Kenely, la couvrait de compliments et faisait des commentaires bizarres. Selon la mère de Kim, celle-ci ne prenait pas de gants pour l’éconduire.  «Quand les enfants sont petits, ils sont méchants. Ils ne disent pas «Oh mon Dieu, merci, mais non», a expliqué Sandra Kenely au «Daily Mail».

La vengeance d’un «incel»?

D’autres anciens camarades de classe de Bryan Kohberger racontent qu’à cette époque-là, il était victime de harcèlement scolaire à cause de son surpoids. «Toute la clique des filles populaires se moquait de lui à l’école», confie un témoin souhaitant rester anonyme. Le jeune homme semble s’être repris en main en arrivant au lycée: il s’est mis à la boxe et a perdu du poids. «Il était une tout autre personne. Il s’entraînait constamment et était super agressif», se souvient cette source.

Un autre ancien camarade de classe ne peut s’empêcher de voir un lien entre les filles qui harcelaient Bryan à l’époque et celles qu’il est accusé d’avoir tuées. «Ces filles sont très jolies et apparemment populaires, comme celles qui se sont moquées de lui durant son enfance», estime-t-il. Jennifer Coffindaffer, ancienne agente au FBI, semble partager cet avis. Avant l’arrestation de Kohberger, celle-ci avait déclaré à «Newsweek» qu’elle pensait que le tueur pouvait être un «incel». Cette expression anglo-saxonne récemment inventée est une abréviation de «involuntary celibate». Ce terme désigne les hommes incapables d’attirer les femmes sexuellement.

(joc)

Ton opinion