Actualisé 29.12.2018 à 22:24

«Shutdown»

«Toute mort d'enfants est la faute des démocrates»

Samedi, le président américain a lancé une invitation aux démocrates pour trouver un accord à l'impasse budgétaire, tout en les attaquant.

Le mur promis par le président Trump à la frontière avec le Mexique est au coeur de l'impasse budgétaire qui a provoqué le «shutdown».

Le mur promis par le président Trump à la frontière avec le Mexique est au coeur de l'impasse budgétaire qui a provoqué le «shutdown».

AFP

Le président américain Donald Trump a de nouveau renvoyé samedi la responsabilité du «shutdown» sur les démocrates. Cette paralysie partielle des administrations fédérales entre dans sa deuxième semaine.

«Je suis dans la Maison Blanche, j'attends que les démocrates viennent et concluent un accord sur la Sécurité à la Frontière», a-t-il tweeté.

«D'après ce que je sais, ils passent tellement de temps à harceler le président qu'il ne leur reste que peu de temps pour d'autres choses comme mettre fin à la criminalité ou défendre notre armée!», a-t-il lancé.

Enquêtes promises

Le 3 janvier, les parlementaires élus lors des élections de novembre entreront en fonction. Les démocrates, qui auront alors le contrôle de la Chambre des représentants, ont promis de lancer plusieurs enquêtes parlementaires sur le président et son entourage. Le mur promis par le président américain à la frontière avec le Mexique est au coeur de l'impasse budgétaire qui a provoqué le «shutdown».

M. Trump a fait de la construction de ce mur l'une de ses priorités pour endiguer l'immigration clandestine, et exige pour cela cinq milliards de dollars sans quoi il ne signera pas les lois de financement de 25% des administrations fédérales, paralysées depuis le 22 décembre à minuit.

Les démocrates ne veulent pas en entendre parler, mais ont proposé plus d'un milliard pour des mesures de sécurité à la frontière. Vendredi, le président a menacé de fermer la frontière si «les Démocrates obstructionnistes» (sic) persistaient à ne pas vouloir financer la construction du mur.

Les démocrates mis en cause par Trump

Donald Trump n'a pas hésité samedi à imputer aux démocrates la «stricte» responsabilité de la mort d'enfants migrants, après le décès de deux petits Guatémaltèques aux Etats-Unis.

«Toute mort d'enfants ou d'autres à la Frontière est strictement de la faute des démocrates et de leur politique migratoire pathétique qui permet aux gens de faire la longue traversée en pensant qu'ils peuvent entrer illégalement dans notre pays. Ils ne peuvent pas. Si nous avions un Mur, ils n'essaieraient même pas!», a tweeté le président américain.

Tout juste entrés aux Etats-Unis en provenance du Guatemala, Jakelin Caal, 7 ans, et Felipe Gomez, 8 ans, sont morts à deux semaines d'intervalle en décembre, après leur arrestation par des garde-frontières américains.

Alors que leur décès fait encore l'objet d'enquêtes, M. Trump a assuré qu'ils «étaient très malades avant d'être remis aux garde-frontières». Il a également soutenu que le père de la fillette «ne lui avait pas donné d'eau depuis des jours», bien que plusieurs médias citant sa famille aient dit le contraire.

Ces morts ont suscité une vague d'émotion et d'indignation, mais aussi des interrogations sur les conditions de détention des immigrés clandestins et notamment des milliers de mineurs qui patientent dans des structures surpeuplées.

Démocrates silencieux

Les chefs démocrates sont silencieux depuis Noël, lorsqu'ils ont accusé la Maison Blanche de présenter des demandes fluctuantes rendant impossible toute négociation. La balle est dans le camp du Sénat, qui reprendra l'examen d'une loi budgétaire le 2 janvier.

Ce «shutdown» est le troisième de l'année, après janvier (trois jours) et février (quelques heures). Le précédent, en octobre 2013, avait duré 16 jours. Le record, de 21 jours, remonte à 1995-96. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!