Actualisé 19.02.2020 à 10:54

Berne-ValaisTrafic bientôt rétabli sur deux voies au Lötschberg

Les infiltrations dans le tunnal du Lötschberg sont désormais sous contrôle et les opérations de nettoyage des tubes en cours.

Les infiltrations d'eau boueuse avaient atteint 30 cm le 6 février.

Les infiltrations d'eau boueuse avaient atteint 30 cm le 6 février.

Les trains pourront à nouveau emprunter les deux tubes du tunnel de base du Lötschberg, qui relie le canton de Berne à celui du Valais, dès vendredi à 05h00. L'un des deux tubes est fermé depuis le 6 février en raison d'infiltrations d'eau et de boue dont l'origine reste pour l'heure inconnue.

Les trains devront toutefois circuler à une vitesse réduite lors du passage sur le tronçon sinistré. Il faudra donc compter avec un retard estimé entre deux et quatre minutes, a annoncé mercredi la compagnie du BLS. L'objectif est de rétablir la vitesse habituelle à la mi-mars.

Les infiltrations sont désormais sous contrôle et les opérations de nettoyage des tubes sont en cours. Selon une première estimation, les opérations pour évacuer l'eau et la boue ont déjà coûté entre 2 et 3,5 millions de francs. A cela s'ajouteront les dépenses pour assainir ce tronçon.

Les infiltrations sont survenues sur un tronçon à deux voies entre Ferden (VS) et St-German (VS), à environ 2,5 km du portail sud à Rarogne (VS). Elles avaient atteint jusqu'à 30 cm le 6 février. Le trafic a été immédiatement interrompu dans le tube Est.

Un mystère

De l'eau s'est également écoulée dans l'autre tube sur une centaine de mètres. Le trafic y a également été interrompu, mais a pu être rétabli dès le lendemain. Durant cette interruption, les trains ont emprunté le tunnel de faîte du Lötschberg via Kandersteg (BE).

Les responsables du BLS ont souligné avoir eu de la chance dans leur malheur. En effet, les dégâts ont eu lieu à un endroit à double voie ce qui a permis de maintenir le trafic après une brève interruption. Des 35 km de voies ferrées entre Frutigen (BE) et Rarogne (VS), seuls 15 km sont à double voie.

Les experts mandatés par la compagnie bernoise du BLS n'ont pas encore pu déterminer l'origine des infiltrations. Le tunnel de base du Lötschberg traverse plusieurs des zones géologiques avec des roches de nature différente. La canicule de 2019 a pu conduire à une accumulation de l'eau de fonte dans des formations calcaires. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!