Fusillades en France: Trahi par une adresse internet
Actualisé

Fusillades en FranceTrahi par une adresse internet

L'enquête ayant permis de remonter au principal suspect des tueries a connu un coup d'accélérateur quand les policiers ont identifié l'adresse IP de son frère.

Parmi les pistes examinées figurait celle d'un rendez-vous donné à la première victime du tueur en réponse à une petite annonce diffusée sur l'internet pour la vente d'une moto. Habillé en civil, le parachutiste Imad Ibn Ziaten, 30 ans, avait été tué d'une balle dans la tête le 11 mars à Toulouse.

Imad Ibn Ziaten avait répondu à une petite annonce sur internet; les enquêteurs ont donc pu demander à l'hébergeur de l'annonce, le site Le Bon coin, de leur fournir l'adresse IP (Internet Protocol, l'adresse d'une machine sur internet) de l'auteur de l'annonce. L'adresse était celle du frère du suspect, déjà connu des services de police et de renseignement.

Piste de la moto

Par ailleurs, quand ils ont su que le tueur se déplaçait sur un puissant scooter TMax 530, les enquêteurs se sont rendus dans une concession Yamaha de la région. Il leur aurait alors été indiqué que quelques jours plus tôt, «quelqu'un était venu les voir pour demander comment défaire le traqueur», une puce permettant de géolocaliser l'engin en cas de vol, a indiqué une de ces sources.

Identifié mardi

Le tueur en série présumé, cerné mercredi par des unités d'élite de la police française, a été «identifié mardi» après des recoupements entre les éléments de renseignements et ceux de l'enquête de police. C'est le «croisement des éléments de renseignement et (...) judiciaires qui a permis d'affiner le choix de l'objectif, parmi une quinzaine de possibilités. Jusqu'à mardi, les enquêteurs n'avaient pas de certitude absolue.» La Direction centrale du renseignement intérieur, le contre-espionnage français, avait dressé «deux courtes listes de suspects potentiels dans les deux pistes principales retenues, celle de l'ultradroite radicale et celle de l'islamisme radical dans la région».

(20 minutes/afp)

Ton opinion