Transport: Trains bondés et en retard: pas de progrès en vue
Actualisé

TransportTrains bondés et en retard: pas de progrès en vue

Trains en retard et saturés. La situation n'ira pas en s'améliorant. Réaction des CFF.

par
Elisabeth Foster

Voyager debout dans les trains et arriver en retard à destination est le quotidien de nombreux pendulaires. L'ancien conseiller aux Etats et syndicaliste des Transports Michel Béguelin juge cette situation «préoccupante», et il ne mâche pas ses mots dans une interview publiée dans L'Illustré paru mercredi. Il estime que les trains en retard vont se multiplier.

Il énumère les causes: manque de personnel, budget insuffisant et petits pépins qui se multiplient. Mais ce sont surtout les prévisions sur la croissance du nombre de voyageurs qui sont pointées du doigt: les CFF

avaient tablé sur une augmentation de 3% alors qu'elle a été de 10%. Par ailleurs, Michel Béguelin dit être choqué par le salaire de 1,2 million de francs perçu par le patron des CFF.

Jean-Louis Scherz, porte-parole des CFF réagit: «Nous nous efforçons de satisfaire nos clients. Nous travaillons ainsi au prolongements des trains ou à leur transformation en deux niveaux. Mais les voyageurs peuvent opter pour un autre train aux heures de pointe.» Concernant les retards, il précise: «Nous ne pourrons jamais exclure les impondérables tels que les pannes ou les accrochages de lignes de contact.» Et le porte-parole de renvoyer la balle aux élus en ce qui concerne l'amélioration des infrastructures: «Les politiques doivent prendre des décisions à l'avance.»

André Simonazzi, porte-parole du Département fédéral des transports, partage, lui, l'avis de M. Béguelin: «Des investissements doivent être faits, et les discussions sont en cours sur les dossiers prioritaires.»

Ton opinion