Genève: Tranche de pizza glissée dans l'enveloppe de vote
Actualisé

GenèveTranche de pizza glissée dans l'enveloppe de vote

Le 2e tour des élections cantonales, c'est dimanche. Lors de ce type de scrutin, les erreurs ou les coups de folie font invalider des centaines de bulletins.

par
David Ramseyer
Les annulations concernent davantage les élections que les votations.

Les annulations concernent davantage les élections que les votations.

Keystone

Einstein, Tintin, Vivaldi ou Hitler ne se sont jamais présentés aux élections genevoises. Mais au fil des ans, ces noms incongrus se sont bel et bien retrouvés sur des bulletins, causant de facto leur annulation. Lors du scrutin pour le Grand Conseil, il y a deux semaines, 3349 enveloppes de vote (soit 3,38% du total) ont terminé à la poubelle, et 1511 (1,52%) pour le 1er tour du Conseil d'Etat. Lors de votations sur des sujets particuliers, le déchet est nettement moindre: une vingtaine de cas en moyenne.

Il vote pour tous les partis

L'inscription de faux candidats n'est pas la raison principale de ces invalidations. Dans la majorité des cas, c'est l'inattention ou l'incompréhension des électeurs qui est en cause. «Le 15 avril, une personne a mis toutes les listes politiques dans l'enveloppe avec à chaque fois des noms tracés. Au final, elle avait bien choisi 100 candidats pour le Grand Conseil; mais évidemment, voter pour tous les partis n'est pas autorisé», s'amuse le directeur du service des votations, Patrick Ascheri.

Lors d'un autre scrutin, un citoyen avait entouré un nom, précisant par écrit: «Surtout pas lui!» Les commentaires, les insultes et les griffonnages sont monnaie courante. Ils provoquent tous l'annulation du suffrage (voir encadré).

Mouchoirs et papier WC

Il y a aussi des artistes en herbe, qui dessinent des fleurs et des portraits plus ou moins réussis. Une fois, un électeur a écrit le nom de ses favoris de façon qu'ils forment ensemble une corolle de pétales. Parfois, cela va plus loin: une photo porno collée sur une liste, par exemple.

Dans certains cas, on atteint des sommets. «Des gens nous ont envoyé des enveloppes sans bulletin, mais avec à l'intérieur un mouchoir ou du papier hygiénique, se remémore Patrick Ascheri. Quelqu'un y a même glissé une tranche de pizza, lors des élections il y a deux semaines!»

Dimanche, il y aura une autre faute à ne pas faire, pour éviter une invalidation. Avec le PLR Pierre Maudet déjà élu au 1er tour, même si le Conseil d'Etat compte sept sièges, il ne faudra donc voter que pour six candidats, pas plus.

Une triche centenaire au rebut

La validation d'un vote dépend de la Loi cantonale sur les droits politiques. Celle-ci n'admet qu'un document par enveloppe. Et dans la bonne: ainsi, nombreux sont ceux dont le suffrage a été dernièrement annulé pour avoir placé une liste au Grand Conseil (de couleur bleue) dans une enveloppe pour le Conseil d'Etat (de couleur blanche). Par ailleurs, tous les signes distinctifs (signatures, formes géométriques, etc.) sont prohibés. Il faut dire que jadis, au début du 20e siècle, cela pouvait servir... à tricher. "Parfois, on faisait comprendre à un nouvel arrivant dans la commune qu'il devait "voter juste", explique Patrick Ascheri. Pour le vérifier, on lui demandait de laisser sur son bulletin un signe convenu à l'avance, comme un petit triangle."

Ton opinion