Actualisé 18.01.2007 à 14:50

Transport d'animaux: seul un camion sur 15 en règle

Pour diminuer leurs coûts, des entreprises de transport infligent des traitement inacceptables aux animaux inutilement stressés et parfois physiquement souffrants.

La loi n'est pas respectée lors des transports d'animaux par la route, a dénoncé jeudi la Protection suisse des animaux (PSA). En 2006, seul un camion sur 15 était en règle. La PSA demande aux cantons que les contrôles soient renforcés.

Sur 76 camions que l'organisation a examinés l'année dernière, seuls 5 respectaient les exigences légales, a dit devant la presse Cesare Sciarra, responsable des contrôles. La PSA a déposé 248 réclamations auprès des autorités, dont plus de deux tiers parce que les bêtes étaient stressées, voire souffraient physiquement.

Surtout les petits entrepreneurs

Les grandes entreprises de transport ont fait des progrès ces dernières années, a nuancé la vétérinaire cantonale d'Argovie, Erika Wunderlin. Mais les petites entreprises et les transporteurs non professionnels sont à la traîne.

La mentalité de l'entreprise est aussi déterminante. Lorsque le gain financier est sa préoccupation principale, on poussera le chauffeur à faire monter quelques cochons de trop, explique Mme Wunderlin. On utilise des véhicules qui ne sont pas adaptés à des transports d'animaux, et on repousse les réparations.

Les transporteurs manquent des connaissances nécessaires sur le comportement des bêtes, qu'ils stressent lors du chargement ou du déchargement. Ils n'hésitent pas utiliser des fourches ou à leur pincer la queue pour les faire à avancer plus vite.

200 000 bêtes chaque jour

Les cantons peinent à effectuer eux-mêmes des contrôles, a expliqué Cesare Sciarra, de la PSA. Les services compétents (police, office vétérinaire) sont débordés ou ne disposent pas toujours des connaissances nécessaires. La PSA a exigé jeudi que les contrôles soient renforcés.

Chaque année, quelque 40 millions d'animaux d'élevage sont transportés par la route en Suisse, dont 23 millions pour être conduits à l'abattoir. Cela représente 200 000 bêtes chaque jour ouvrable. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!