France: Traqués par la presse car ils se nomment Coulibaly

Actualisé

FranceTraqués par la presse car ils se nomment Coulibaly

Le maire de Grigny dont était originaire le jihadiste, qui a tué cinq personnes à Paris, a dénoncé jeudi «le harcèlement médiatique» subi selon lui par les habitants.

1 / 293
05.01.2017 De courtes et sobres hommages, avec dépôts de gerbes et minutes de silence, ont eu lieu jeudi à Paris en mémoire des victimes des attentats de janvier 2015 contre l'hebdomadaire «Charlie Hebdo»...

05.01.2017 De courtes et sobres hommages, avec dépôts de gerbes et minutes de silence, ont eu lieu jeudi à Paris en mémoire des victimes des attentats de janvier 2015 contre l'hebdomadaire «Charlie Hebdo»...

AFP/Eric Feferberg
...et le magasin Hyper Cacher, qui avaient fait 17 morts.

...et le magasin Hyper Cacher, qui avaient fait 17 morts.

AFP/Eric Feferberg
27.08.2016 Le beau-frère de l'un des auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo a été mis en examen pour «association de malfaiteurs terroriste en vue de préparation d'actes de terrorisme».

27.08.2016 Le beau-frère de l'un des auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo a été mis en examen pour «association de malfaiteurs terroriste en vue de préparation d'actes de terrorisme».

«J'ai des Coulibaly qui veulent quitter la ville», a affirmé à l'AFP Philippe Rio, édile communiste de Grigny, au sud de Paris. Selon lui, des journalistes ne cessent, depuis les attaques, d'appeler des familles portant des noms à consonance africaine «pour savoir s'ils ne sont pas cousins» avec le jihadiste, un Français d'origine malienne. «Les stéréotypes fonctionnent à plein», s'est-il indigné.

Le maire, qui se présente comme «un produit de la Grande Borne», la cité de Grigny où a grandi Amédy Coulibaly, assure que les habitants de ce quartier, connu en France pour être difficile, ne sont «ni terroristes, ni antisémites». «Que quelques habitants soient antisémites et racistes, je ne peux pas le nier, mais les valeurs que nous portons dans cette ville vont à l'encontre de ça», a-t-il assuré.

«De la peur et de la honte»

Les habitants de la Grande Borne ressentent «de la peur et de la honte», mais ils «veulent avoir le droit de vivre normalement», a-t-il ajouté. Délinquant multirécidiviste converti à l'islam radical, Amédy Coulibaly agissait en coordination avec les frères Chérif et Saïd Kouachi, responsables de l'attaque du 7 janvier au siège parisien du journal satirique «Charlie Hebdo».

Il a revendiqué avoir abattu le lendemain une policière municipale à Montrouge, une autre commune de banlieue à la périphérie sud de Paris. Il a ensuite tué le 9 janvier quatre clients et employés juifs d'un supermarché casher de l'est de la capitale, avant d'être lui-même tué par la police. (afp)

Ton opinion