Renens (VD): Travaux effectués avant la fin de la mise à l'enquête
Actualisé

Renens (VD)Travaux effectués avant la fin de la mise à l'enquête

La mise à l'enquête ne prend fin que ce lundi mais le réaménagement de la route est presque terminé. Des citoyens crient au scandale.

par
Abdoulaye Penda Ndiaye
Roland Delapierre (à g.) et Sa Antonio ont lancé une pétition.

Roland Delapierre (à g.) et Sa Antonio ont lancé une pétition.

APN

«La route a été rétrécie, les places de parc modifiées, leur nombre réduit et le trafic se fait désormais à sens unique, sauf pour les vélos.» Roland Delapierre est très remonté contre les autorités de Renens. Il n'est pas le seul. Le réaménagement de l'avenue du 24-Janvier, à Renens (VD), fait jaser les riverains. Et c'est de manière collective qu'ils ont décidé de réagir. «Il y a plus de 60 oppositions dont plus de la moitié habite l'avenue», ajoute Roland Delapierre. Ces citoyens se disent tous convaincus que les autorités sont allées plus vite que la musique.

«Les travaux de marquage, la mise en place des panneaux et des aménagements de modération du trafic ont été faits, alors que la mise à l'enquête publique n'a pas encore pris fin», s'insurgent les opposants. «Le provisoire est devenu définitif. Mais nous nous y opposons», peste Roland Delapierre. Officiellement, la mise à l'enquête prend fin le lundi 19 décembre.

«La mort de mon commerce»

Patron d'un restaurant situé dans cette rue, Sa Antonio figure parmi les opposants. «La Commune m'avait promis davantage de places de parc, explique-t-il. Et que je pourrais même disposer d'une terrasse l'été. Au lieu de cela, on diminue les possibilités de stationnement et on met un sens unique. C'est la mort assurée de mon commerce!»

Pragmatisme et non dogmatisme

Elue à la tête de l'Urbanisme et des Travaux, Tinetta Maystre admet que le marquage a été effectué par anticipation. «Nous gérons la circulation de manière intelligente en privilégiant la sécurité des citoyens au lieu de rester dans un dogmatisme qui génère des problèmes», indique-t-elle.

«Si nous avons fait fausse route, c'est de bonne foi. Et nous sommes prêts à revenir en arrière»

«Si nous avons fait fausse route, c'est de bonne foi. Et nous sommes prêts à revenir en arrière»

Tinetta Maystre (Les Verts), directrice de l'Urbanisme et des Travaux au sein de la Municipalité de Renens.

Ton opinion