Genève: Treize ans pour l'agresseur d'une vieille femme
Actualisé

GenèveTreize ans pour l'agresseur d'une vieille femme

Le Tribunal criminel de Genève a reconnu coupable de tentative d'assassinat et de brigandage aggravé un homme de 26 ans, qui avait violemment molesté une dame âgée en 2012.

Son complice de 26 ans, de nationalité marocaine comme lui, écope d'une peine de huit ans pour complicité de brigandage aggravé. Cet homme n'a pas directement participé à l'agression, mais l'a planifiée. Il est resté en retrait et a envoyé son acolyte accomplir la sale besogne, communiquant à distance avec lui par téléphone.

Immobilisée dans la baignoire

Les deux hommes s'en sont pris, en février 2012, à une veuve habitant à Chêne-Bourg. Le principal prévenu, armé d'un couteau, s'est rendu à l'appartement de la vieille dame, l'a menacée pour obtenir le code de sa carte bancaire, puis l'a ligotée et l'a bâillonnée, avant de l'abandonner ainsi, allongée dans la baignoire.

L'accusé a ensuite fermé la porte d'entrée de l'appartement à clé. Pour le Tribunal criminel, la victime n'a dû sa survie qu'à un «heureux hasard». Un voisin, pompier professionnel, l'a entendu faire du bruit et, possédant les clés de l'appartement, lui a porté rapidement secours.

Le duo a été arrêté par la police alors qu'il retirait de l'argent à un bancomat avec la carte volée. Les juges ont qualifié cette agression d'acte odieux. L'accusé le plus lourdement puni s'est déchaîné pendant une heure sur sa victime. Les deux hommes n'ont eu aucun scrupule. Leur long passé criminel a plaidé en leur défaveur.

Autre victime

Un troisième homme a été condamné à quatre ans de prison pour une autre agression perpétrée à l'encontre d'une retraitée de 87 ans avec le principal prévenu en janvier 2012 dans le quartier des Eaux-Vives. Cet Algérien de 28 ans a été reconnu coupable de complicité de brigandage aggravé.

Le tribunal a estimé que cet homme était à l'origine parti pour commettre un cambriolage. Il ignorait que l'appartement de plain-pied était occupé et que son complice avait un couteau. Il a cependant eu le tort de rester quand la vieille dame a été contrainte sous la menace de donner le code de sa carte bancaire.

Victoire de l'accusation

Le Tribunal criminel de Genève ne s'est pas trop éloigné des réquisitions du procureur général Olivier Jornot, qui est venu en personne soutenir l'accusation dans cette affaire. Le magistrat avait réclamé des peines de 14 ans, 8 ans et 5 ans de prison à l'encontre des trois accusés.

Ces derniers ont déjà effectué près de 2 ans de détention préventive. Romain Jordan, l'avocat du principal prévenu, a estimé que le verdict concernant son client était «plus une réaction d'émotion à vertu d'exemplarité qu'un jugement serein et équitable». Les deux autres accusés avaient demandé des peines moins lourdes. (ats)

Ton opinion