03.10.2018 à 22:11

MarocTrente-sept migrants sauvés à temps

Des dizaines de migrants, en détresse au large de Tanger, ont été sauvés par la Marine marocaine.

1 / 131
Le bébé d'une migrante africaine est né et mort pendant la traversée entre l'Afrique et l'archipel espagnol des Canaries, à bord d'une embarcation de fortune. (Mercredi 8 janvier 2019) (Image d'illustration)

Le bébé d'une migrante africaine est né et mort pendant la traversée entre l'Afrique et l'archipel espagnol des Canaries, à bord d'une embarcation de fortune. (Mercredi 8 janvier 2019) (Image d'illustration)

AFP
Un navire garde-côte de la marine marocaine a secouru 70 migrants subsahariens en difficulté à bord d'une embarcation de fortune en Méditerranée. Il a repêché 7 corps. (16 décembre 2019)

Un navire garde-côte de la marine marocaine a secouru 70 migrants subsahariens en difficulté à bord d'une embarcation de fortune en Méditerranée. Il a repêché 7 corps. (16 décembre 2019)

AFP
L'Italie a autorisé mardi soir l'arrivée de deux navires d'ONG humanitaires transportant des migrants secourus en Méditerranée. (3 décembre 2019)

L'Italie a autorisé mardi soir l'arrivée de deux navires d'ONG humanitaires transportant des migrants secourus en Méditerranée. (3 décembre 2019)

AFP

La Marine marocaine est venue en aide mercredi à 37 migrants marocains qui avaient quitté le Maroc par la mer et dont l'embarcation était en «difficulté» au large de Tanger (nord), a affirmé l'armée. Les autorités marocaines ont en outre annoncé avoir repêché onze corps après un naufrage au large de Nador, dans le nord également.

L'embarcation pneumatique «semi-rigide» qui transportait ces candidats à l'exil s'est retrouvée «en difficulté» en raison des «conditions météorologiques défavorables», ont indiqué dans un communiqué les Forces armées royales (FAR). Les personnes secourues sont «37 Marocains de sexe masculin candidats à l'émigration clandestine», tous «ramenés sains et saufs» au port de Tanger tandis que l'embarcation, «dans un état très vétuste, a coulé juste après l'opération de sauvetage», selon les FAR.

Ce sauvetage intervient un peu plus d'une semaine après une opération controversée de la marine royale au large du nord du pays, qui a coûté la vie à une jeune Marocaine et blessé trois autres personnes. La marine avait ouvert le feu sur un «go-fast», une puissante embarcation à moteur transportant une vingtaine de migrants marocains en Méditerranée. Cette opération et le décès de la jeune femme ont suscité colère et indignation dans le royaume.

Pays de transit

Mardi, les autorités marocaines ont annoncé avoir repêché onze corps après un naufrage au large de Nador, dans le nord également. Deux nouveaux corps ont été repêchés mercredi, selon un responsable au sein des autorités locales. Certains des migrants ayant péri étaient de nationalité malienne ou guinéenne.

De plus en plus de Marocains tentent de quitter clandestinement leur pays pour gagner l'Europe, par voie maritime ou en franchissant les clôtures séparant le Maroc des enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla. Le royaume est aussi un pays de transit pour des milliers de migrants originaires d'Afrique subsaharienne.

Depuis janvier, plus de 36'600 migrants sont arrivés en Espagne clandestinement par la voie maritime, selon l'Organisation internationale pour les Migrations (OIM), soit plus du triple que l'an dernier sur la même période. Au moins 363 migrants sont morts en 2018 en tentant de gagner l'Espagne par la mer à partir des côtes marocains, selon l'OIM. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!