Actualisé 25.01.2013 à 20:43

MozambiqueTrente-six morts dans des inondations

Trente-six personnes ont trouvé la mort depuis la mi-janvier dans des inondations au Mozambique. Des dizaines de milliers d'autres ont fui les flots déchaînés.

Le Mozambique est en proie à de terribles inondations depuis la mi-janvier.

Le Mozambique est en proie à de terribles inondations depuis la mi-janvier.

«Un total de 26 personnes sont mortes dans la seule province de Gaza», dans le sud du pays, et «le bilan au niveau national est de 36 morts», ont indiqué les services des Nations unies au Mozambique dans un communiqué. Un précédent bilan de l'organisation faisait état de 17 morts en dix jours.

Les inondations continuaient vendredi à dévaster des vallées du sud du pays, dans le bassin du fleuve Limpopo, alors que le gouvernement et les ONG tentaient de s'organiser pour venir en aide aux populations sinistrées. Des foules de Mozambicains ayant fui les inondations campent tant bien que mal sur le bord des routes, sans nourriture et parfois sans abri. La météo annonçait de nouvelles pluies torrentielles pour le week-end.

La ville touristique côtière de Xai-Xai, à l'embouchure du Limpopo, s'attendait notamment à être engloutie sous plusieurs mètres d'eau. «L'eau entre dans la ville. C'est juste le début. Plusieurs routes dans la ville basse sont déjà sous l'eau», a déclaré le porte-parole du gouvernement Joao Carlos. «A partir d'aujourd'hui, la situation n'est pas très bonne».

Importants dégâts

Des localités comme Chokwe, plus en amont, ont déjà été submergées, avec des milliers de maisons détruites, ainsi que des écoles, des hôpitaux et des centres commerciaux dévastés. Près de 30'000 personnes étaient encore en cours d'évacuation, dans cette zone où nombre de gens n'ont pas entendu ou pas voulu croire les alertes lancées par les services d'urgence, qui les exhortaient à quitter leur ville depuis plusieurs jours.

A Maputo même, des ponts, des routes et des écoles ont été très endommagés. Les dégâts dans la seule capitale sont déjà estimés à 30 millions de dollars, selon l'ONU.

Les secouristes s'efforcent désormais d'acheminer de la nourriture et de l'eau potable vers les déplacés, dans une course de vitesse contre le choléra, la malaria ou les diarrhées mortelles, notamment pour les enfants et les personnes les plus faibles. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!