Chiffres 2010: Très bon niveau de la pêche dans le Léman
Actualisé

Chiffres 2010Très bon niveau de la pêche dans le Léman

Les résultats de la pêche en 2010 dans le Léman se maintiennent globalement à un très bon niveau, avec 991 tonnes de poissons capturés, soit seulement 23 tonnes de moins qu'en 2009, année considérée comme exceptionnelle.

Par contre, dans le détail par espèce, des variations assez importantes apparaissent, selon la Commission consultative internationale pour la pêche dans le Léman qui s'est réunie récemment en Valais sous la présidence de la France.

Les résultats sont en relation avec le nombre de permis de pêche qui augmentent légèrement : 2% pour les professionnels avec 149 permis au total (grande et petite pêche), et 1,8% pour les amateurs avec 8030 permis.

Les corégones (ou féras) et perches restent les piliers de la pêche lémanique. Alors qu'en 2009 les captures de perches étaient supérieures à celles des féras (respectivement 485 et 411 tonnes), en 2010, c'est nettement l'inverse puisque les captures de perche s'établissent à 335 tonnes, et celles de féras à 542 tonnes, soit le plus gros tonnage de capture enregistré pour cette espèce dans toute l'histoire de la pêche au Léman.

Considérant l'abondance de la féra et le bon succès de sa reproduction naturelle, les deux Etats ont décidé d'accorder une prolongation exceptionnelle de 15 jours de pêche. Les experts ont considéré que le stock pouvait aisément supporter ce prélèvement supplémentaire. Ils espèrent ainsi diminuer un peu la compétition interspécifique avec l'omble, et donc favoriser ce dernier.

Omble

Si en 2009, les captures d'ombles chevaliers avaient enregistré une embellie avec 24 tonnes, l'année 2010 se situe à un niveau bas, dans la moyenne des quatre années antérieures avec près de 15 tonnes. Les captures de truites enregistrent une légère baisse, mais avec 11,5 tonnes, elles se maintiennent dans la moyenne des six dernières années. Les prises de ces deux espèces semblent se stabiliser à des niveaux modestes par rapport aux décennies précédentes.

Avec plus de 48 tonnes, les prises de brochets remontent au niveau de 2008, année record pour l'espèce. La pression sur cette espèce doit être maintenue pour limiter l'impact de sa prédation sur les autres espèces, et plus particulièrement les salmonidés.

Amateurs et pros

Les captures exceptionnelles de perche par la pêche de loisirs de 2009 ne se sont pas renouvelées. L'année 2010 se situe dans le prolongement des années antérieures avec près de 79 tonnes. La pêche professionnelle est centrée sur la féra qui assure l'essentiel des captures ; ses résultats sont donc, avec plus de 912 tonnes toutes espèces confondues, parmi les meilleurs jamais enregistrés.

Le groupe «Recherches piscicoles» a poursuivi les travaux sur l'omble chevalier et la truite. Les résultats des analyses de 2010 vont globalement dans le même sens que ceux obtenus en 2009 : pour l'omble, le recrutement est issu essentiellement du rempoissonnement et, pour la truite, le recrutement provient majoritairement des affluents. Ces travaux se termineront en 2012 et feront l'objet de publications. (ap)

Ton opinion