LNA: «Très différent de ce que j'avais pu connaître»
Actualisé

LNA«Très différent de ce que j'avais pu connaître»

Nathan Gerbe est à Genève depuis un peu plus d'un mois. L'occasion pour 20minutes.ch d'aller faire le point sur l'intégration de cet Américain de 29 ans.

par
Robin Carrel
Genève
L'ancien joueur de la Caroline a marqué deux fois et offert deux assists en 5 parties de LNA.

L'ancien joueur de la Caroline a marqué deux fois et offert deux assists en 5 parties de LNA.

Keystone/Salvatore di Nolfi

Un mois qu'il est là. Mis à l'essai sans succès du côté des New York Rangers en début d'exercice, Nathan Gerbe a choisi la Suisse et Genève pour continuer sa carrière. Jeudi, il était un des derniers joueurs du GSHC à peaufiner ses déviations devant le but en fin d'entraînement. La marque d'un gros travailleur qui a atteint le plus haut niveau, malgré un gabarit bien loin des standards habituels (il mesure 1m65). Retour avec lui sur son actualité chaude et son parcours sinueux pour atteindre le haut niveau.

Son nouvel environnement

«Ca se passe bien. Il y a du bon hockey ici. J'aime bien le style. Je peux prendre du plaisir et jouer mon jeu. C'est positif jusqu'ici, même si c'est vraiment très différent de ce que j'avais pu connaître. J'en suis toujours à essayer de m'adapter, mais j'y prends du plaisir. Le public aussi est excellent et, en plus, on a gagné presque tous nos matches. Tout est différent, par rapport à l'Amérique du Nord. Le jeu, les distances, les équipes, les adversaires que j'avais l'habitude de rencontrer tout le temps... Ca demande des ajustements, mais je suis confiant.»

Son style de jeu

«J'aime bien ces glaces européennes, parce que j'ai plus de place et de temps pour créer. Je suis toutefois aussi un joueur physique, malgré ma taille et je joue ainsi en Suisse, de la même manière que je le faisais en NHL. C'est comme ça que j'ai connu du succès dans ma carrière. Je mets un maximum d'émotions dans mon jeu et je donne tout.»

Un futur en NHL?

«Pour tous les joueurs du monde, le but est d'évoluer dans la meilleure Ligue. Et quand tu y as goûté un jour, le but c'est d'y retourner. Moi, je sais que je peux jouer en NHL, parce que je l'ai déjà fait longtemps (ndlr: plus de 400 matches en comptant les play-off) et que j'y ai été efficace (61 buts et 81 assists). Mais en même temps, je suis actuellement à Genève et je veux être le meilleur joueur possible pour cette équipe cette saison.»

Son parcours un peu différent

«Je suis passé par les équipes de développement américaines. Pas mal de joueurs US sortent de ce système dorénavant. C'est excellent pour que les enfants et les adolescents progressent. Cela leur permet de se développer au mieux physiquement, en se frottant à ce qui se fait de mieux dans leur catégorie d'âge. Ensuite, j'ai joué en NCAA. De plus en plus de joueurs de haut niveau choisissent de jouer au niveau collège. C'est une division qui a énormément progressé ces dernières années, en vitesse, au niveau physique... Cela permet aussi aux équipes de prendre un peu plus de temps pour faire leur choix par rapport aux joueurs. Tu sors plus tard du collège par rapport aux Ligues juniors et je trouve que c'est une bonne chose.»

Les élections US

«En tant qu'Américain, on supportait un de ceux qui étaient nominés... J'étais surtout triste de voir les manifestations après que le résultat soit tombé. Je trouve qu'en tant que pays, le but est de vivre en paix. On s'en fiche de savoir qui est le Président, en tant que citoyens, c'est à nous de contrôler ce que nous faisons de nos vies. Je n'ai pas pu suivre toute la nuit. Je suis resté éveillé jusqu'à 2 ou 3 heures du matin. J'ai ensuite vu le résultat, les infos et tout au réveil. C'était trop tard pour tout suivre depuis la Suisse.»

Ton opinion