Guerre en Syrie: Trêve humanitaire temporaire à Damas

Actualisé

Guerre en SyrieTrêve humanitaire temporaire à Damas

Un cessez-le-feu de quelques heures est observé au sud de la capitale syrienne, afin de permettre aux enfants et aux femmes d'évacuer.

1 / 150
Des dizaines de milliers de civils déplacés sont rentrés dimanche chez eux dans le sud syrien à la faveur d'un accord entre les rebelles et le régime de Bachar al-Assad. (Dimanche 8 juillet 2018)

Des dizaines de milliers de civils déplacés sont rentrés dimanche chez eux dans le sud syrien à la faveur d'un accord entre les rebelles et le régime de Bachar al-Assad. (Dimanche 8 juillet 2018)

Keystone
L'EI annonce la mort d'un fils de son chef en Syrie. (Mardi 3 juillet 2018)

L'EI annonce la mort d'un fils de son chef en Syrie. (Mardi 3 juillet 2018)

Keystone
Plus d'un quart de million de Syriens ont déjà fui l'offensive du régime sur les régions rebelles du sud de la Syrie, selon l'ONU. (Lundi 2 juillet 2018)

Plus d'un quart de million de Syriens ont déjà fui l'offensive du régime sur les régions rebelles du sud de la Syrie, selon l'ONU. (Lundi 2 juillet 2018)

Keystone

Une trêve humanitaire était en place lundi pour permettre aux femmes, enfants et personnes âgées d'évacuer une poche tenue par le groupe Etat islamique (EI) à Hadjar al Assouad, dans le sud de Damas. Mais ce cessez-le-feu doit prendre fin en fin de matinée.

Il est entré en vigueur dimanche soir et doit prendre fin ce lundi à 12h locales (11h en Suisse), après quoi reprendra l'offensive de l'armée, ont précisé les médias syriens, citant une source militaire. L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a rapporté de son côté, tôt lundi, que des autocars avaient déjà quitté le sud de Damas vers des zones tenues par l'EI dans l'est.

L'EI ne contrôle plus en Syrie que cette petite poche dans le sud de Damas et deux enclaves assiégées dans le désert de l'est. Un groupe insurgé qui a prêté allégeance à l'EI tient quant à lui une petite enclave dans le sud-ouest de la Syrie.

Dimanche, les médias officiels ont démenti une information de l'OSDH selon laquelle l'EI avait entrepris de quitter la poche pour gagner des zones tenues par leur organisation dans l'est de la Syrie, ce dans le cadre d'un accord de reddition.

L'armée syrienne et ses alliés ont engagé voici plusieurs semaines une opération pour reconquérir cette petite enclave aux mains de l'Etat islamique, qui est la dernière poche échappant au contrôle du régime syrien dans ou aux abords de la capitale. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion