Guerre en Syrie: Trêve: Lavrov demande aux rebelles d'agir

Publié

Guerre en SyrieTrêve: Lavrov demande aux rebelles d'agir

Le ministre russe à Genève demande aux rebelles qui bombardent Damas et bloquent les actions humanitaires de passer à l'action pour la trêve.

1 / 150
Des dizaines de milliers de civils déplacés sont rentrés dimanche chez eux dans le sud syrien à la faveur d'un accord entre les rebelles et le régime de Bachar al-Assad. (Dimanche 8 juillet 2018)

Des dizaines de milliers de civils déplacés sont rentrés dimanche chez eux dans le sud syrien à la faveur d'un accord entre les rebelles et le régime de Bachar al-Assad. (Dimanche 8 juillet 2018)

Keystone
L'EI annonce la mort d'un fils de son chef en Syrie. (Mardi 3 juillet 2018)

L'EI annonce la mort d'un fils de son chef en Syrie. (Mardi 3 juillet 2018)

Keystone
Plus d'un quart de million de Syriens ont déjà fui l'offensive du régime sur les régions rebelles du sud de la Syrie, selon l'ONU. (Lundi 2 juillet 2018)

Plus d'un quart de million de Syriens ont déjà fui l'offensive du régime sur les régions rebelles du sud de la Syrie, selon l'ONU. (Lundi 2 juillet 2018)

Keystone

Les «militants» syriens et leurs soutiens doivent lancer des efforts humanitaires dans les zones qu'ils contrôlent. Après la proposition russe de corridors humanitaires dans la Ghouta orientale, Sergueï Lavrov les a appelés mercredi à Genève à passer à «l'action».

Ces rebelles «continuent de bombarder Damas et de bloquer les distributions d'aide et les évacuations de ceux qui souhaitent partir», a dit le ministre russe des affaires étrangères devant le Conseil des droits de l'homme. Il a par ailleurs appelé l'ONU et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) à mener une mission d'évaluation à Raqa, reprise à l'Etat islamique (EI).

Il a par ailleurs dénoncé les «doubles standards» au Conseil par ceux qui décident des distinctions entre «terroristes». Et de cibler le maintien en détention par les Etats-Unis de personnes pour cette raison sans aucun procès. La Russie va présenter un projet de résolution au Conseil pour un accès équitable à la justice.

Une trêve quotidienne de cinq heures pour permettre l'entrée de l'aide ou la sortie d'habitants ou de blessés de la Ghouta orientale, a été décrétée lundi par la Russie. Les différents protagonistes se sont aussitôt accusés mutuellement de l'avoir violée.

Elle a été annoncée quatre jours après le vote par le Conseil de sécurité de l'ONU d'une résolution réclamant une trêve «sans délai» de 30 jours dans toute la Syrie, ravagée par la guerre depuis le 15 mars 2011. Cette résolution n'a pas été suivie, elle non plus, d'effet. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion