28.11.2019 à 20:20

Vaud

Tribunal très frileux avec les climatologues

Douze militants du collectif «Lausanne Action Climat» qui avaient occupé les locaux de Credit Suisse seront jugés en janvier. Mais le Tribunal n'est pas chaud pour auditionner les experts du climat souhaitant témoigner.

de
apn
Credit Suisse n'avait pas du tout apprécié que ses locaux lausannois soient transformés en terrain de tennis par des militants écolos qui veulent que Roger Federer arrête de prêter son image à la banque.

Credit Suisse n'avait pas du tout apprécié que ses locaux lausannois soient transformés en terrain de tennis par des militants écolos qui veulent que Roger Federer arrête de prêter son image à la banque.

Le pool de treize avocats qui défend les treize militants écologistes poursuivis pour violation de domicile après l'occupation de locaux de Credit Suisse en novembre 2018 ont reçu une douche froide mercredi. Dans le cadre du procès qui va s'ouvrir à partir du 7 janvier 2020, le président du Tribunal de police de Lausanne s'est montré très frileux avec la liste de treize témoins proposée par la défense. Une liste qui comprend plusieurs experts et spécialistes du climat dont Jean-Pascal Van Ypersele, vice-président du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat lorsque cet organisme a reçu le prix Nobel de la Paix 2007.

«S'agissant des treize témoins dont l'audition est requise, je constate qu'il s'agit de spécialistes des questions climatiques et environnementales et/ou du rôle tenu par la place financière suisse en matière d'énergies fossiles. Ces sujets sur lesquels les prévenus veulent les voir interrogés sont vastes et théoriques. Au vu du réel enjeu de la cause d'un point de vue du droit pénal, l'ensemble de ces réquisitions est disproportionné», a estimé le président Philippe Colelough. Fort de ce constat, le magistrat veut entendre un seul et unique témoin: Jacques Dubochet, prix Nobel de chimie 2017.

Avocats bénévoles mais déterminés

Mais la question de l'audition des témoins n'est pas définitivement tranchée: le président a affirmé qu'en fonction des plaidoiries de la défense, il pourrait revenir sur sa décision et intégrer les experts comme témoins. Me Irène Wettstein, qui fait partie des treize avocats qui vont défendre les activistes bénévolement, annonce déjà la couleur: «Nous allons plaider pour que ces experts, dont certains viendront de l'étranger, soient entendus comme témoins.»

«Des scientifiques qui ne sont pas entendus, des politiques qui ne prennent pas la mesure d'une urgence qui s'accentue. Que reste-t-il à ceux qui devront occuper notre monde demain?» s'insurge Me Christian Bettex, ancien bâtonnier vaudois et membre du pool d'avocats.

Du tennis à la banque au Tribunal

Les treize militants écologistes avaient chacun reçu une amende de 600 fr. Ils s'étaient tous opposés à cette ordonnance pénale. Ils sont notamment accusés de violation de domicile, défaut de demande de manifester. Le 22 novembre 2018, les prévenus avaient joué au tennis dans une succursale du Crédit Suisse à Lausanne pour dénoncer l'impact de la place financière suisse dans la destruction du monde. Ils demandaient ainsi à Roger Federer d'arrêter d'associer son image à celle d'une banque dont «la politique d'investissement est particulièrement cynique».

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!