15.06.2020 à 06:06

GenèveTrio détrousseur d’aînés condamné et expulsé

Trois Roumains détournaient l’attention de leurs victimes, des retraités, pour les voler.

de
Léonard Boissonnas
Une victime avait été observée sans le voir au bancomat.

Une victime avait été observée sans le voir au bancomat.

Getty Images/iStockphoto

Ils repéraient des seniors sortant de la banque, les suivaient puis les détroussaient. Par deux fois, leurs cibles se sont retrouvées dans un ascenseur avec les voleurs, bousculées pour permettre le larcin. Deux femmes de 47 et 27 ans et un quadragénaire, tous domiciliés en Roumanie, ont été reconnus coupables pour trois vols, dont l’un perpétré en commun, fin janvier. Les plaignants, âgés de 79 à 84 ans lors des faits, se sont fait délester de sommes allant de 4000 à 16’000 francs.

Des mois d’AVS

«J’avais des paiements à faire et mon anniversaire peu après, c’est pour ça que j’avais cet argent, a expliqué à l’audience un lésé. Cela ne me ferait rien de récupérer quelque chose, ça fait quand même des mois d’AVS.» Le trio a notamment été condamné à lui rembourser 6700 francs, mais l’octogénaire semblait résigné (voir encadré).

Les accusés, eux, ont fait part d’une existence précaire: des salaires de 200 à 300 euros dans leur pays, une famille à charge, la grossesse actuelle de la plus jeune, une «naïve qui s’est fait embobiner par amour», selon son avocate, la mauvaise santé de la quadragénaire, qui a agi «par désespoir pour nourrir ses enfants et s’occuper de sa mère malade», comme a plaidé sa défenseure, ou l’addiction à la drogue du prévenu, décrit par son conseil comme un «pauvre diable», dont la famille serait menacée par «un chef de bande».

Lâcheté des prévenus

Le président du Tribunal de police, Fabrice Roch, a relevé la lâcheté des accusés vu le profil des victimes, «des personnes âgées, ciblées comme telles». La faute des prévenus est «importante» et «comparable», a-t-il souligné: tous trois ont agi dans deux vols. Les deux femmes, déjà condamnées dans divers pays, ont écopé de 7 mois de prison ferme sous déduction des 140 jours passés en préventive, leur coaccusé d’une peine de même durée mais avec sursis et un délai d’épreuve de 4 ans. Tous seront expulsés: elles pendant sept ans, lui durant trois ans.

Pas d’illusions

«Avec ce vol, je n’ai pas pu offrir l’anniversaire à mes petits-enfants», a déploré le plaignant de 84 ans, qui s’est fait voler le 22 janvier, dans le quartier de Rive. Encerclé et bousculé par les accusés dans l’ascenseur d’un parking souterrain, il a été «subrepticement» délesté de deux enveloppes contenant des milliers de francs, décrit l’acte d’accusation. L’octogénaire ne se faisait guère d’illusions sur ses chances de revoir la couleur de son argent: «Si on m’en rembourse la moitié, ce serait déjà pas mal», a-t-il dit.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!