Hockey sur glace: Tristan Scherwey: «Ca peut nous coûter le tournoi» 
Publié

Hockey sur glaceTristan Scherwey: «Ça peut nous coûter le tournoi» 

Particulièrement indisciplinée, l’équipe de Suisse s’est mise toute seule en danger face à la Slovaquie (5-3) mercredi soir à Helsinki. L’attaquant fribourgeois a tiré la sonnette d’alarme.

par
Chris Geiger
(Helsinki )
Comme souvent, Tristan Scherwey s’est montré exemplaire.

Comme souvent, Tristan Scherwey s’est montré exemplaire.

Urs Lindt/freshfocus

Quarante-trois minutes de pénalité, dont 25 pour le seul Michael Fora. L’équipe de Suisse a joué avec le feu mercredi soir à Helsinki face à la Slovaquie (5-3). Si elle est tout de même parvenue à remporter un quatrième match consécutif depuis le début du Championnat du monde, la sélection à la croix blanche aurait pu tout perdre dans les derniers instants de la partie.

N’a-t-elle pas dû résister durant deux pleines minutes à un double désavantage numérique entre les 55e et 57e minutes alors que le score n’était que de 4-3 en sa faveur? Les hommes de Patrick Fischer n’ont eu d’autres choix que d’enfiler leur bleu de travail pour passer sans encombre cette séquence cruciale.

«Notre capitaine Nico Hischier a réussi deux-trois gros blocs, ce qui a donné de l’énergie à toute l’équipe, a confié Tristan Scherwey à l’issue de la rencontre. Pius Suter a également été incroyable en gagnant de gros engagements. Les joueurs de NHL et les autres leaders de l’équipe, à l’image de Denis Malgin, ont fait un sacré job. Ce succès est avant tout la conséquence d’un travail d’équipe.»

Scherwey donne de sa personne

Les joueurs cités en exemple par l’attaquant du CP Berne ne sont pas franchement ceux auxquels on pense en premier lorsqu’il s’agit de défendre un avantage au score ou de se coucher devant un tir adverse. L’état d’esprit affiché par les trois attaquants est forcément positif pour la suite du tournoi de l’équipe de Suisse. Ce d’autant plus que cette attitude n’a pas bridé les trois protagonistes de l’autre côté de la patinoire (trois assists pour Suter, deux points pour Malgin, un but pour Hischier).

Davantage habitué à se sacrifier, Tristan Scherwey a particulièrement apprécié le comportement de ses coéquipiers. Le Fribourgeois de 31 ans les a d’ailleurs imités dans la foulée en contrant une frappe slovaque à moins de trois minutes de la sirène finale. Une action célébrée comme un but par tout le clan helvétique.

«Les blocs font partie du job, a-t-il expliqué modestement. Lorsqu’on se rapproche du terme de la rencontre, on sait que chaque shoot qui passe peut potentiellement être dangereux. Un bloc fait du bien car ça booste tout le groupe. Si c’était ce dont on avait besoin, tant mieux.»

Une chose est sûre: l’équipe de Suisse a su garder sa cage inviolée durant ce périlleux 3 contre 5, le «tournant du match» selon Tristan Scherwey. Elle devra à tout prix éviter de se retrouver en pareille posture lors de ses prochaines sorties, notamment samedi après-midi (15h20) lors du choc face au Canada.

«Ça nous a fait du bien de gagner un match de cette manière»

Tristan Scherwey, attaquant de l’équipe de Suisse

«Croyez-moi, on a parlé des nombreuses pénalités écopées, a confié le joueur originaire de Flamatt. On est conscients qu’elles peuvent nous coûter cher. Ça peut même nous coûter le tournoi. On va devoir analyser cet aspect de notre jeu et le changer au plus vite. Malgré tout, ça nous a fait du bien de gagner un match de cette manière. On s’est bien battus et il le fallait car c’était serré.»

La solidarité affichée par les joueurs de Patrick Fischer dans le «money-time» est assurément le point positif de la soirée de mercredi. Peut-être encore davantage que la quatrième victoire obtenue, quasiment synonyme de qualification pour les quarts de finale du tournoi finlandais.  

Ton opinion