Hockey - Nati: Tristan Scherwey ronge son frein
Actualisé

Hockey - NatiTristan Scherwey ronge son frein

Surnuméraire depuis le début du Championnat du monde en République Tchèque. Le joueur fribourgeois du CP Berne patiente.

Tristan Scherwey n'a pas participé aux quatre premiers matches de l'équipe de Suisse au Championnat du monde. Alors qu'il vient de fêter ses 24 ans jeudi, le Fribourgeois n'a toujours pas été inscrit officiellement sur la liste par Glen Hanlon, mais il ne désespère pas de jouer en République tchèque.

Tristan Scherwey aurait sans doute préféré passer son anniversaire ailleurs que sur la patinoire d'entraînement des Mondiaux avec Dean Kukan, Daniel Manzato et Romain Loeffel. Mais le Fribourgeois n'a pas le choix. Surnuméraire depuis le début de la compétition, non inscrit par son coach, le joueur du CP Berne prend son mal en patience.

«C'est clair que ce sont mes premiers Mondiaux, j'essaie d'apprécier chaque moment, avoue-t-il. Mais soyons honnêtes, et je pense que chaque joueur aurait la même réponse, je ne suis pas venu ici juste pour regarder, mon but c'est de jouer. Après c'est difficile d'avoir une place, mais tu as envie de donner le meilleur de toi, de montrer que tu es prêt et c'est ce que je fais. J'essaie d'avoir un bon programme hors glace afin de saisir ma chance dès que celle-ci se présentera. Je ne peux pas me permettre de ne pas être prêt.»

Relégué en tribunes, celui qui aime distribuer de solides charges en championnat de Suisse cherche malgré tout à se rendre utile. «Ce n'est pas évident, on essaie d'avoir un peu d'influence en dehors de la glace. Tu es dans les gradins et tu espères que l'équipe va gagner, mais tu sais que tu ne peux pas mettre tes performances en valeur pour aider l'équipe. Alors on essaie d'être relax avec ceux qui jouent et de les motiver, surtout dans les moments plus négatifs comme après la défaite contre la Lettonie.»

Joueur rapide et rempli d'énergie, le Fribourgeois possède un profil qui pourrait aider la Suisse à se sortir de certaines situations fâcheuses. Mais c'est Glen Hanlon qui a le dernier mot. «J'espère avoir ma chance et amener mon énergie, avance Scherwey. Lors de ma première discussion avec Hanlon, il me semblait que j'allais avoir ma chance et maintenant je patiente. La situation est un peu spéciale avec les défenseurs, devant il y a peut-être quelque chose qui manque. C'est lui qui prend les décisions et j'espère pouvoir jouer bientôt, je ne suis pas là en vacances. J'aimerais vraiment me mesurer au niveau international.»

En ne figurant pas sur la liste officielle, Tristan Scherwey sait qu'il peut faire les frais d'une arrivée tardive d'un joueur de NHL comme Nino Niederreiter par exemple,. qui vient d'être éliminé avec le Wild du Minnesota. «C'est clair qu'on y pense, on sait qu'il y a des joueurs en play-off en NHL. Mais on doit se concentrer sur notre job ici, surtout que nous n'avons aucune influence sur les décisions du coach. Je sais que je n'ai pas été enregistré et c'est difficile à accepter. J'espère décrocher cette dernière place. Si je ne joue pas, je tirerai le positif de cette compétition et cela m'aidera pour le futur.» (ats)

Ton opinion