Football - Triste victoire pour la Juve, le derby pour la Lazio, Naples invaincu
Actualisé

FootballTriste victoire pour la Juve, le derby pour la Lazio, Naples invaincu

La Juventus a poursuivi sa remontée au classement en battant la Sampdoria, mais elle a perdu son chef d’orchestre, Paulo Dybala. La Roma, elle, a perdu des points contre son voissin alors que Naples a encore gagné.

Federico Chiesa a tenté de trouver les mots lors de la sortie de Paulo Dybala, à droite, dimanche.

Federico Chiesa a tenté de trouver les mots lors de la sortie de Paulo Dybala, à droite, dimanche.

REUTERS

La Juventus a poursuivi dimanche sa remontée au classement en battant la Sampdoria (3-2) lors de la 6e journée de Serie A, mais elle a perdu Paulo Dybala et Alvaro Morata, blessés et forfaits pour la venue de Chelsea en Ligue des champions mercredi. De son côté, la Lazio a remporté le derby romain contre la Roma (3-2).

Relégable après les quatre premières journées, la «Vieille dame» (9e) peut se féliciter d’avoir retrouvé cette semaine des résultats plus en rapport avec son standing et ses ambitions, après son succès mercredi à La Spezia (3-2), à défaut d’avoir résolu tous ses problèmes défensifs.

Les larmes de Dybala

Mais elle va maintenant accueillir le tenant du titre de la C1 Chelsea, mercredi, sans ses attaquants Dybala, sorti en larmes après seulement vingt minutes, et Morata, remplacé en fin de match (82e) après une alerte musculaire sur une frappe.

«Ils ne seront pas là contre Chelsea ni contre Torino (ndlr: 2 octobre). Ensuite, on verra après la pause» internationale, a expliqué l’entraîneur Massimiliano Allegri sur Sky Sport.

Dybala, étincelant jusqu’à sa sortie directe vers les vestiaires pour un souci probablement d’ordre musculaire, a mis la Juve sur orbite en ouvrant la marque d’une belle frappe du gauche (10e).

Leonardo Bonucci s’est ensuite chargé du penalty obtenu sur une main génoise (43e) et Manuel Locatelli a signé son premier but en Bianconero sur une remise en retrait de Dejan Kulusevski, le remplaçant de Dybala (57e).

Fébrilité défensive

Ces trois buts ont récompensé un match globalement maîtrisé par la Juve. Même si elle a été rattrapée par sa fébrilité actuelle en défense en concédant deux buts qui ont laissé planer la menace d’une mauvaise surprise jusqu’au bout: Maya Yoshida (tête à la 44e) a d’abord réduit le score à 2-1 puis Antonio Candreva (frappe croisée à la 83e) à 3-2.

«La phase défensive s’est plutôt bien passée, mais nous avons fait une erreur sur le corner du 2-1 et sur le 3-2 nous avons été pris en contre, ça peut arriver. Mais il faut conclure les matches plus tôt, on a eu l’occasion du 4-1», a reconnu Allegri, néanmoins «satisfait de cette première victoire à domicile, la deuxième de suite».

La Juve, si elle n’est pas encore la machine solide et efficace de la première période Allegri (2014-2019), revient provisoirement dans la première moitié du classement (9e), à huit points de Milan, leader provisoire, en attendant les autres rencontres de la 6e journée jusqu’à lundi soir.

La Lazio bat la Roma

La Lazio de Maurizio Sarri a dominé la Roma de José Mourinho (3-2) au terme d’un derby bouillant et rythmé, au Stadio Olimpico, un résultat qui permet aux Laziali (6e) de revenir à un point des Giallorossi (4e) après six journées de Serie A.

Avec ce succès de prestige, la Lazio repart de l’avant après quatre matches sans victoire, toutes compétitions confondues, alors que Mourinho, frustré et averti en seconde période pour contestation, subit son deuxième revers en championnat.

La Lazio a démarré pied au plancher et a été récompensée sur ses deux premières occasions.

Sergej Milinkovic-Savic a devancé la sortie de Rui Patricio pour reprendre de la tête un centre de Felipe Anderson (10e), puis Pedro a conclu d’un tir précis un contre ultra-rapide, alors que la Roma réclamait un penalty pour une charge sur Nicolo Zaniolo (19e).

Pedro avait marqué lors du dernier derby, en mai, mais pour la Roma (2-0), avant de troquer cet été le giallorosso pour le biancoceleste et retrouver Maurizio Sarri, son ex-coach à Chelsea.

Reina se montre

Une fois n’est pas coutume, Ciro Immobile n’a pas participé au festival offensif de son équipe, mais il a offert un caviar en seconde période à Felipe Anderson pour le troisième but laziale (63e).

La Roma, trahie par ses 25 premières minutes difficiles, a été contrainte de courir après le score tout le match.

Elle a su réduire la marque juste avant la pause sur une tête de Roger Ibanez (41e, 1-2) puis sur un penalty transformé par Jordan Veretout après une légère faute sur Zaniolo (69e, 2-3).

Mais ce ne sera pas suffisant, Reina préservant la première victoire majeure de Sarri à la Lazio avec deux arrêts impeccables devant Zaniolo (73e) et Eldor Shomurodov (81e).

Naples sans faute

Six sur six pour le Naples de Luciano Spalletti, qui ne pouvait rêver plus beau retour après deux ans loin des bancs. La victoire logique contre Cagliari porte le sceau de Victor Osimhen: en grande forme le Nigérian a ouvert la marque (11e) pour signer son sixième but en dix jours, entre Ligue Europa et Serie A.

L’ex-Lillois a certes aussi gâché un peu mais il a obtenu le penalty qui a permis à Lorenzo Insigne de mettre Naples à l’abri (57e).

Jusqu’où peut aller Naples? La semaine prochaine c’est la séduisante Fiorentina, en embuscade à la 5e place après sa victoire à Udine (1-0), qui attendra Spalletti.

(AFP)

Ton opinion

2 commentaires