Commerce extérieur: Trois années de croissance biffées

Actualisé

Commerce extérieurTrois années de croissance biffées

Le commerce extérieur de la Suisse a accéléré sa dégringolade en juin, le premier semestre affichant du coup son plus bas niveau depuis trois ans.

Exportations et importations ont plongé de quelque 16%. L'excédent commercial a reculé de 10% à 9 milliards de francs.

«La crise a ruiné trois années de croissance», a résumé mardi l'Administration fédérale des douanes (AFD). Et le phénomène est soutenu dans les échanges avec l'Union européenne, premier partenaire, avec une chute des exportations de 17,5% à 57,7 milliards de francs, notamment vers l'Allemagne (-19,9% à 17,4 milliards).

Les exportations se sont globalement contractées de 15,6% à 88,9 milliards de francs. En termes réels, soit corrigées de l'inflation, elles ont dégringolé de 17,4% pour retomber en-dessous de leur niveau du deuxième semestre 2006. Le tableau s'est encore noirci entre les premier et deuxième trimestre 2009.

Métallurgie et horlogerie mal loties

L'industrie métallurgique paie le plus lourd tribut avec une chute de 37,5%. Le secteur horloger, troisième force exportatrice derrière la pharma-chimie, qui elle recule de 5,9%, présente une contraction de 26,4%, qui pourrait sur l'année faire tomber ses exportations à 12 milliards de francs, contre 17 milliards en 2008.

L'industrie des machines et l'électronique, qui avec la métallurgie constitue le premier secteur exportateur, accuse de son côté une chute d'un quart. Par ailleurs, les secteurs textile (- 27,9%), des matières plastiques (-24,7%), du papier et des arts graphiques (-21%) ainsi que de l'habillement (-12,4%) ne sont pas en reste.

A côté de l'industrie chimique, celles de l'alimentation et des boissons (-0,5%) et des instruments de précision (-5,1%) donnent quelques modestes lueurs d'espoir.

Terrible mois de juin

Et le mois de juin s'est révélé encore pire que les précédents pour les exportations. Tous les secteurs ont piqué du nez, constate l'AFD dans son commentaire. Six sur les dix répertoriés ont subi des plongeons compris entre 20 et 40%, notamment 38,7% pour la métallurgie et 31,9% pour l'horlogerie.

Les importations ont pour leur part chuté de 16,2% pour s'inscrire à 79,9 milliards de francs au premier semestre. En termes réels, le fléchissement s'est fixé à -10%. Là aussi, la situation s'est dégradée entre le premier et le deuxième trimestre, la baisse ayant doublé d'intensité.

Le principal poste, celui des biens de consommation, a encore bien résisté (-4% à 35,5 milliards de francs), grâce aux importations en hausse de près de moitié dans la bijouterie- joaillerie (ornements en or du Vietnam pour refonte). Médicaments et denrées alimentaires ont limité la casse, avec des reculs respectifs de 2,1% et de 5,2%.

Les autres catégories ont chuté lourdement, à l'image des biens d'équipement qui présentent une baisse de 18,2% à 19,9 milliards de francs. Les matières premières et les produits énergétiques sont aussi en diminution (-27,2% et 30,2%), marquant à la fois une contraction de l'activité et un «effondrement» des prix sur un an. (ats)

Ton opinion