Station spatiale internationale: Trois astronautes à bord d'une fusée Soyouz
Actualisé

Station spatiale internationaleTrois astronautes à bord d'une fusée Soyouz

Un Japonais, un Américain et un Russe, ont décollé lundi du cosmodrome de Baïkonour (Kazakhstan) vers la Station spatiale internationale (ISS).

Le vaisseau spatial s'est envolé comme prévu à 03H52 locales (21H52 GMT dimanche) du centre spatial russe situé dans la steppe désertique du Kazakhstan, à environ 200 km à l'est de la mer d'Aral.

L'équipage est composé du Russe Oleg Kotov, de l'Américain Timothy Creamer et du Japonais Soichi Noguchi. Leur mission est de poursuivre les travaux de haute technologie à bord de l'ISS.

«L'équipage se sent très bien», a déclaré un responsable du Centre russe de contrôle des vols spatiaux (Tsoup), cité par l'agence Interfax.

Quelques minutes après le décollage, le vaisseau était mis en orbite, a-t-il indiqué. La fusée Soyouz doit s'arrimer à l'ISS mercredi à 22H54 GMT, a précisé le responsable.

Oleg Kotov emporte avec lui un jouet offert par ses enfants: «Le chat noir nous portera bonheur», avait-il fait savoir précédemment. Le Russe avait déjà emporté ce gadget lors de son premier vol spatial.

Soichi Noguchi se fera un plaisir de déguster avec ses collègues les sushis qu'il va confectionner dans l'espace, a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse avant le vol.

Pour sa part, Timothy Creamer a dit vouloir actualiser ses récits sur Twitter, un site internet de micro-blogs, en donnant des indications aux lecteurs «sur ce que je vais faire - ce que nous espérons, ce que nous nous attendons de voir» dans l'espace.

Les trois astronautes remplaceront le Belge Frank De Winne, le Canadien Robert Thirsk et le Russe Roman Romanenko, revenus sur Terre le 1er décembre après six mois passés à bord de l'ISS, dont la capacité a été doublée fin mai de trois à six astronautes.

Le Soyouz a deux jours de voyage jusqu'à son objectif, 350 km au dessus de la Terre.

Le public pourra leur envoyer des cartes de voeux électroniques via le site de la NASA.

(ap/afp)

Ton opinion