Tiefencastel (GR): Trois autres blessés ont pu quitter l'hôpital
Actualisé

Tiefencastel (GR)Trois autres blessés ont pu quitter l'hôpital

Trois des onze personnes blessées dans l'accident de train mercredi près de Tiefencastel (GR) ont pu quitter l'hôpital vendredi. Il reste encore six blessés hospitalisés.

Deux blessés avaient déjà pu quitter l'hôpital jeudi. Aucune des six personnes encore hospitalisées n'est en danger de mort, ont indiqué vendredi les Chemins de fer rhétiques (RhB). Les blessés sont huit Suisses, deux Japonais et un Australien.

Sur le lieu de l'accident, deux des trois voitures qui ont déraillé ont pu être dégagées et remises sur les rails. La troisième voiture, tombée une vingtaine de mètres en contrebas de la ligne, a pu être remontée jusqu'à la hauteur de la voie et placée parallèlement à celle-ci.

Remise en état

Elle a ensuite été soulevée pour être reposée sur les rails. Une fois cette opération réalisée, la remise en état de la voie et de la ligne de contact a pu commencer. Les RhB estiment que le tronçon pourra être rouvert au trafic ferroviaire samedi matin.

La coulée de terre qui a percuté mercredi le train direct reliant St-Moritz (GR) à Coire a recouvert la voie sur une quinzaine de mètres et une hauteur atteignant jusqu'à trois mètres. Trois voitures du convoi ont déraillé.

La première, derrière la locomotive, a été emportée une vingtaine de mètres en contrebas de la voie. C'est une chance que la voiture ne soit pas tombée quelque 80 m plus dans la rivière Albula, qui s'élargit à cet endroit pour former un lac artificiel, retenu par un barrage situé à Solis. La voiture de 17 tonnes a été retenue par les arbres et s'est enfoncée dans la terre.

Enquêtes

Les circonstances exactes de l'accident dont l'objet d'une enquête du Ministère public du canton des Grisons et du Service d'enquête sur les accidents (SESA). Selon Philippe Thürler, qui mène l'enquête pour le SESA, la locomotive a roulé sur un morceau de bois. Le conducteur a opéré un freinage d'urgence et les voitures suivantes ont été heurtées par l'éboulement.

Le site n'était pas considéré comme problématique ou dangereux. Le glissement de terrain a certainement été provoqué par les fortes pluies qui se sont abattues sur la région. En douze heures, il est tombé entre 50 et 60 litres d'eau par mètre carré, ce qui correspond à la moitié des précipitations mensuelles habituelles, selon MétéoSuisse. (ats)

Ton opinion