Yémen: Trois colonels tués par des membres d'al-Qaida
Actualisé

YémenTrois colonels tués par des membres d'al-Qaida

Les trois militaires ont été tués dans la province de Lahj alors qu'ils regagnaient la base aérienne d'al-Anad, la plus grande du pays.

Trois pilotes de l'armée yéménite ont été abattus mercredi dans le sud du pays par des membres présumés d'al-Qaida, a indiqué un responsable militaire. Ils ont été pris dans une embuscade.

«Il semble qu'al-Qaida est responsable de l'attaque», a-t-il ajouté. Le réseau a été délogé de la plus grande partie du sud du Yémen par une vaste offensive de l'armée menée il y a un an, mais il continue de mener des attaques meurtrières contre les forces de sécurité.

Au plus fort de l'offensive de l'armée menée en mai et juin 2012, al-Qaida avait publié une liste de pilotes de la base d'al-Anad à abattre, affirmant qu'ils menaient des raids aériens contre les positions du réseau.

Le réseau extrémiste avait profité de l'affaiblissement du pouvoir central en 2011, à la faveur de l'insurrection populaire contre l'ancien président Ali Abdallah Saleh, pour renforcer son emprise sur l'est et le sud du Yémen. (ats)

Deux employés du CICR brièvement enlevés par une tribu

«Des hommes armés ont intercepté la voiture de deux employés du CICR à Jaar et les ont conduits dans une zone montagneuse», a déclaré à l'AFP un chef des Comités de résistance populaire, des supplétifs de l'armée.

Un autre responsable de ce corps de supplétifs de l'armée, Hussein al-Wahichi, a ensuite annoncé la libération des deux otages, trois heures et demie après leur rapt. «Les deux otages ont été libérés après une intervention de nos hommes, qui ont convaincu les ravisseurs de relâcher les deux personnes venues en mission humanitaire dans notre ville», a déclaré à l'AFP M. Wahichi. Selon lui, les deux ex-otages sont en route pour Aden, principale ville du sud du Yémen.

Peu auparavant, une porte-parole du CICR, Dibeh Fakhr, avait fait état de négociations en cours en vue de la libération des deux otages. Ces négociations ont été «menées par le commandant adjoint des Comités de résistance populaire, Ali Sayed», selon le chef du groupe paramilitaire qui a précisé que les ravisseurs «appartiennent à la tribu des Marakicha qui avait kidnappé lundi deux Egyptiens».

Des membres de cette tribu ont enlevé les deux techniciens égyptiens travaillant dans une cimenterie du sud du Yémen et exigent en contrepartie de leur libération l'élargissement d'un des leurs emprisonné depuis sept ans pour meurtre.

Ton opinion