Drame familial aux Etats-Unis: Trois des quatre victimes sont vaudoises
Actualisé

Drame familial aux Etats-UnisTrois des quatre victimes sont vaudoises

Un Américain de 45 ans, son épouse de 42 ans, une fille de 16 ans, un garçon de 5 ans ont été retrouvés sans vie au domicile familial, dans l'Utah. La femme et ses enfants sont originaires du canton de Vaud.

par
Abdoulaye Penda Ndiaye
Alertés par des voisins, la police s'est rendue au domicile de la famille composée de quatre personnes, jeudi soir. Selon les enquêteurs, il y a eu un triple homicide suivi d'un suicide. Le chien de la famille a aussi été tué.

Alertés par des voisins, la police s'est rendue au domicile de la famille composée de quatre personnes, jeudi soir. Selon les enquêteurs, il y a eu un triple homicide suivi d'un suicide. Le chien de la famille a aussi été tué.

Keystone/AP/Adam Fondren

Le drame familial découvert jeudi soir par la police américaine, à Mapleton, dans l'Utah, a des répercussions dans les cantons de Vaud et de Neuchâtel. L'homme de 45 ans, son épouse de 42 ans, la fille de cette dernière, âgée de 16 ans, et le cadet de la famille, 5 ans, retrouvés morts vivaient en Suisse jusqu'au mois de juillet. La famille recomposée a notamment vécu dans la région lausannoise, dans le Val-de-travers (NE) et, brièvement, à La Chaux-de-Fonds (NE).

Dans l'immeuble des Verrières (NE) où le couple helvético-américain a vécu trois ans, c'est la consternation: «T. et J. s'aimaient beaucoup. Les enfants étaient adorables. Je ne comprends pas comment une telle horreur a pu se passer. C'est très triste.» En larmes, une octogénaire dit avoir perdu sommeil et appétit depuis qu'elle a appris le décès tragique de ses anciens voisins.

Selon une autre voisine, le couple filait le parfait amour: «Il avait opté pour bosser de nuit chez Nestlé car c'était plus intéressant sur le plan financier. Il quittait la maison vers 3h du matin. Avant son départ, sa femme se réveillait toujours pour boire le café avec lui. Elle travaillait les week-ends dans un commerce à Lausanne. Le reste du temps, elle s'occupait de son garçon de 5 ans. Jamais, je n'ai entendu une dispute ou une engueulade.»

Une famille qui a eu trois adresses en cinq mois

Mais selon nos renseignements, ce tableau idyllique s'est un peu assombri depuis le printemps passé. «J. était devenue distante et semblait triste. Elle m'a avoué qu'elle avait beaucoup de soucis mais n'a pas voulu m'en dire plus», a témoigné une proche. Une amie déclare que la quadragénaire vaudoise s'est confiée à elle en lui disant que son mari l'aimait «trop» et qu'ils avaient également «des problèmes d'argent».

Initialement, cette famille avec beaucoup d'animaux (un serpent, une mygale, un lézard, des oiseaux, deux chiens, un chat) devait quitter l'appartement loué aux Verrières pour une maison avec jardin en France. «Ils avaient rendu leur bail. Mais, pour une raison que j'ignore, au lieu d'aller vivre en France, ils se sont retrouvés à La Chaux-de-Fonds vers mars-avril avant d'aller s'installer aux Etats-Unis durant les vacances scolaires», témoigne un proche des victimes.

Dernier message reçu par une amie: «Je désactive mon compte»

Des connaissances de J. indiquent qu'avant de travailler chez Nestlé, le mari a servi comme pilote dans l'armée américaine. «Selon sa femme, il a vécu des choses horribles en tant que militaire et il ne fallait jamais évoquer ce sujet devant lui», fait remarquer une connaissance des victimes. Comme pour corroborer la véracité de ce passé, la voisine octogénaire signale qu'un poster géant d'un avion de chasse de l'armée américaine trônait dans la chambre à coucher du couple.

Fin octobre, une amie a reçu ce message de J. sur Facebook: «Je désactive mon compte. Mais je reste joignable.» Une dizaine de jours plus tard, J. a été retrouvée morte ainsi que ses deux enfants, son mari et le chien de la famille. Pour les enquêteurs américains, il s'agit d'un triple homicide suivi d'un suicide.

Le père: «J'aurais voulu que ma fille sache que je l'aimais»

Le père de l'adolescente de 16 ans qui a perdu la vie dans le drame familial survenu dans l'Utah est un Vaudois de 45 ans. Contacté par 20minutes.ch, A. B. affirme n'avoir appris la triste nouvelle que dimanche matin. «Samedi, j'ai eu plusieurs appels téléphoniques avec des numéros masqués mais je ne réponds jamais à ce genre d'appels. Je viens d'apprendre que ma fille est décédée. Des gendarmes sont venus sonner ici ce matin.»

Le Vaudois, qui travaille dans une commune de la région lausannoise, était resté sans nouvelles de sa fille depuis trois ans à cause des mauvaises relations qu'il avait avec la mère. «J'ai toujours versé une pension alimentaire pour ma fille. Mais je regrette de n'avoir pas pu remettre les compteurs à zéro avec elle et lui dire que je l'aimais.»

Ton opinion