Actualisé 07.06.2006 à 21:39

Trois ex-otages touchent un million d'euros d'indemnités

Des Français enlevés en 2001 sur l'île de Jolo (Philippines) ont obtenu réparation de la part de leur voyagiste, qui les avait mal informés du danger.

Le Tribunal de grande instance de Paris a condamné hier le voyagiste Ultramarina et l'assureur Axa à verser plus d'un million d'euros de dommages et intérêts à trois Français qui avaient été retenus en otage à Jolo, aux Philippines, en 2000 pour indemniser leur préjudice «d'angoisse et de détention».

Le Français Stéphane Loisy, sa compagne, Sonia Wendling, et la Franco-Libanaise Marie Moarbes passaient des vacances à Palau Sipadan, en Malaisie, en avril 2000 lorsqu'ils ont été enlevés par des hommes armés du groupe d'Abou Sayyaf, des séparatistes musulmans des Philippines. En 2001, ils ont porté plainte contre le voyagiste, le gouvernement des Philippines et celui de Malaisie. Le tribunal les a déboutés mercredi de ces deux dernières poursuites.

En revanche, le tribunal a estimé que la société Ultramarina avait «gravement manqué à son devoir d'information» avant le départ des touristes en Malaisie alors que, le 14 avril, soit une semaine avant le départ, le Ministère des affaires étrangères avait émis une fiche «déconseillant absolument tout déplacement dans l'archipel des Sulu».

Les juges ont estimé qu'il appartenait au voyagiste «de prendre en considération l'attrait financier que représentait pour les pirates l'arrivée sur l'île de Sipadan de touristes étrangers et le risque que ceux-ci encouraient dans ces conditions».

(ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!