Armes saisies: Trois extrémistes de droite interpellés en France
Actualisé

Armes saisiesTrois extrémistes de droite interpellés en France

Les forces de l'ordre ont arrêté trois personnes, lors de perquisitions en Gironde, et saisi un véritable arsenal.

photo: AFP/ARCHIVES - PHOTO D'ILLUSTRATION

Un père et son fils ont été placés en garde à vue. La police a également saisi une trentaine d'armes et plus de 200 kilos de munitions, a-t-on appris de sources proches de l'enquête. En 2014, ils avaient déjà été condamnés à trois ans de prison dont 18 mois fermes pour avoir lancé un cocktail molotov sur la mosquée de Libourne deux ans plus tôt.

Agé d'une vingtaine d'années, le jeune homme devait être présenté dans l'après-midi au parquet de Libourne. «La mesure de garde à vue concernant le père a depuis été levée, le temps de procéder à une expertise psychiatrique», dit-on de même source.

Une troisième personne a été placée en garde à vue, selon une autre source proche de l'enquête. Les trois individus ont été signalés par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Véritable arsenal

Une trentaine d'armes à feu (armes de poing, revolvers, armes de chasse, armes de collection) ont été saisies au domicile du père, à Belin-Béliet, de même que 200 kilos de «munitions de tous types» et du matériel pour en fabriquer.

Aux deux domiciles du fils, à Libourne, six armes longues (fusils ou carabines) et 300 munitions ont été saisies. Une troisième perquisition s'est déroulée à Pessac.

Dans le cadre de l'état d'urgence, prévu théoriquement pour durer jusqu'au 26 février, plus de 3000 perquisitions ont été conduites à ce jour, précise le ministre de l'Intérieur mercredi dans le journal La Croix. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion