Football - Trois générations de Gudjohnsen ont marqué pour l’Islande
Publié

FootballTrois générations de Gudjohnsen ont marqué pour l’Islande

Après son grand-père Arnor et son père Eidur, Andri Gudjohnsen (19 ans) a marqué son premier but pour l’équipe nationale d’Islande.

Image d’archive: L’attaquant islandais Eidur Gudjohnsen (C) ici photographié à deux jours avant le début de l’Euro 2016, peut-être fier de son fils Andri, qui a marqué son premier but pour l’équipe nationale dimanche.

Image d’archive: L’attaquant islandais Eidur Gudjohnsen (C) ici photographié à deux jours avant le début de l’Euro 2016, peut-être fier de son fils Andri, qui a marqué son premier but pour l’équipe nationale dimanche.

AFP

Une dynastie digne d’une saga nordique. Dimanche a commencé le troisième volet de l’épopée de la famille Gudjohnsen dans l’histoire du football national de l’île. Durant la rencontre qui opposait l’Islande à la Macédoine du Nord en qualification pour la Coupe du monde 2022, Andri Gudjohnsen (19 ans) s’est illustré en marquant le dernier but de la partie, synonyme d’égalisation pour son équipe (2-2).

Andri est donc devenu le troisième Gudjohnsen, du point de vue des générations, à marquer pour l’équipe nationale de son pays. Avant lui, son grand-père Arnor, qui faisait le bonheur d’Anderlecht dans les années 80, comptait 14 buts en 73 sélections.

Son père Eidur avait aussi participé à écrire l’histoire footballistique islandaise, passant notamment à Chelsea, Barcelone et Monaco et en inscrivant 26 buts en 88 rencontres nationales. Leur longévité avait donné lieu à une scène surréaliste en 1996, lorsque le fils avait remplacé son père pour la seconde mi-temps durant un match contre l’Estonie (remporté par l’Islande 3-0).

De belles images de fraternité

L’attaquant de 19 ans, formé à la Masia et évoluant actuellement dans l’équipe B du Real Madrid, avait fait ses débuts sur les couleurs nationales plus tôt dans la semaine. Son entraîneur Arnar Vidarsson l’a lancé dans l'’arène à la 79e minute dans un match perdu jeudi contre la Roumanie (2-0).

Un moment énorme dans une carrière, qui a fait sortir son père Eidur, actuellement entraîneur adjoint, de son rôle footballistique reprendre sa casquette de père et l’embrasser avant sa première.

(Sport-Center)

Ton opinion

1 commentaire