Appenzell : Trois hommes arrêtés pendant un jeu de guerre
Actualisé

Appenzell Trois hommes arrêtés pendant un jeu de guerre

Trois jeunes de 18 à 20 ans encagoulés et «armés» ont été arrêtés à Appenzell pendant un «jeu de guerre». La police pensait qu'il s'agissait de vraies armes.

Un des joueurs était armé d'un "sorf air"

Un des joueurs était armé d'un "sorf air"

Il s'en est fallu de peu qu'un «Kriegspiel» tourne au drame en Appenzell... à cause de l'intervention de vrais policiers. Personne n'a été blessé mais deux Suisses de 18 et 20 ans, ainsi qu'un Bosniaque de 18 ans ont été arrêtés la nuit précédant le dimanche de Pâques à Schönengrund (AR).

Lors d'une patrouille à pied peu avant minuit, deux jeunes policiers ont découvert un homme assis sur un banc devant l'école du village, a expliqué mercredi la police cantonale d'Appenzell-Rhodes Extérieures. L'homme avait la tête couverte d'une cagoule et un pistolet était posé à ses côtés. Sans tergiverser, les agents l'ont maîtrisé et lui ont passé les menottes.

C'est à ce moment-là qu'un deuxième homme a surgi de l'angle du bâtiment et canardé les policiers avec une arme «soft air» crachant des billes en plastique. Sans tarder, les forces de l'ordre ont réagi et le deuxième joueur s'est retrouvé à son tour menottes aux poignets.

L'intervention du troisième homme a été moins audacieuse. Il s'est rendu en reconnaissant avoir participé à ces jeux guerriers. Le bilan de l'opération se solde par deux armes longues et deux pistolets «soft air» saisis, ainsi qu'un mauvais moment à passer pour les trois protagonistes.

«Soft air» interdits

Toutefois, leurs problèmes avec la justice ne sont pas terminés: plainte a été déposée auprès du Ministère public. La police cantonale a souligné que les deux policiers ont agi correctement. Les armes utilisées, semblables à de vraies armes à feu, auraient pu conduire les agents à faire usage de leurs armes de service.

C'est d'ailleurs la raison pour laquelle la loi fédérale sur les armes interdit l'usage de «soft air» et la réalisation de tels jeux dans les lieux publics. (ap)

Ton opinion