Etat islamique: Trois Irakiens bel et bien incarcérés en Suisse
Actualisé

Etat islamiqueTrois Irakiens bel et bien incarcérés en Suisse

Le Ministère public de la Confédération a confirmé que des Irakiens soupçonnés d'avoir planifié un attentat en Europe pour l'Etat islamique sont détenus en Suisse depuis mars.

Plus d'un mois après sa révélation par la presse alémanique, le Ministère public de la Confédération (MPC) a confirmé l'information vendredi. Les trois suspects ont été appréhendés en Suisse orientale, a précisé à l'ats la porte-parole du MPC Jeannette Balmer. Interrogée sur la cible de l'attentat, elle s'est contenté de dire que cela faisait partie de l'enquête en cours.

L'annonce officielle de l'arrestation a été retardée pour ne pas compromettre les résultats des recherches en Suisse et à l'étranger, justifie le MPC. L'instruction visait jusqu'à présent à dépister d'éventuels complices ou réseaux en Suisse et à l'étranger.

Le MPC a besoin de la coopération d'autres Etats. Il a envoyé ces derniers mois plusieurs demandes d'entraide judiciaire à diverses autorités européennes et travaille étroitement avec les autorités judiciaires des Etats-Unis.

Equipe d'enquêteurs suisso-américaine

Une équipe commune composée d'enquêteurs de la Police judiciaire fédérale et du FBI a même été mise en place. Cette forme de coopération est prévue par un accord bilatéral («Operative Working Arrangement») dans le domaine de la poursuite pénale des activités terroristes en vigueur depuis 2006. Mais c'est la première fois que ce texte est appliqué.

L'équipe d'enquête commune permet d'échanger en continu les renseignements obtenus au cours de l'enquête. Mais les dispositions de l'entraide judiciaire doivent être strictement respectées. La protection juridique des personnes concernées est donc respectée.

Emploi d'explosifs

Le MPC a déclenché son enquête pénale en mars sur la base d'informations secrètes transmises par le Service de renseignement de la Confédération à la Police judiciaire fédérale. Celles-ci font état de soupçons de soutien à l'organisation criminelle EI, d'emploi, avec dessein délictueux, d'explosifs ou de gaz toxiques, d'actes préparatoires délictueux, de pornographie et d'incitation à l'entrée, à la sortie ou au séjour illégaux.

Le MPC mène actuellement une vingtaine de procédures dans le domaine du djihadisme radical, dont cinq en lien avec la Syrie.

EI interdite

L'Etat islamique et les organisations apparentées sont interdits en Suisse depuis le 9 octobre, a décidé le Conseil fédéral par voie d'ordonnance pour six mois. Toutes les actions destinées à leur apporter un soutien financier, en matériel ou en personnel en Suisse ou à l'étranger, ou le recrutement de nouveaux membres sont également proscrites.

Le ministre de la défense Ueli Maurer avait défendu cette décision comme mesure préventive. Les candidats au combat djihadiste n'informant pas les autorités de leur départ en Syrie, il faut pouvoir en limiter le nombre et surveiller ceux qui reviennent en Suisse. Le conseiller fédéral avait aussi estimé fin septembre qu'il n'y avait pas lieu de paniquer, faute de menace concrète et imminente d'attaques de djihadistes contre la Suisse. (ats)

Nombre «sans précédent» de jihadistes étrangers, selon l'ONU

Quelque 15'000 jihadistes étrangers provenant de 80 pays se sont rendus ces derniers années en Syrie et en Irak pour combattre dans les rangs de groupes comme l'Etat islamique (EI). Ce chiffre est «sans précédent», met en garde un rapport de l'ONU cité vendredi par The Guardian. Ce document, dont plusieurs extraits sont publiés par le quotidien britannique, impute cette hausse au déclin d'Al-Qaïda. Il souligne que le «noyau dur» de la nébuleuse extrémiste «reste faible». «Depuis 2010», le nombre de jihadistes étrangers présents en Irak en Syrie est «plusieurs fois supérieur à celui des combattants étrangers recensés entre 1990 et 2010, et continue de progresser», poursuit le rapport, rédigé par la commission du Conseil de sécurité des Nations unies chargée de surveiller l'activité d'Al-Qaïda, écrit le Guardian.

Ton opinion