Afrique: Trois journalistes tués au Nigeria
Actualisé

AfriqueTrois journalistes tués au Nigeria

Un journaliste nigérian a été tué à son domicile, samedi soir, alors que deux de ses confrères ont péri en couvrant les affrontements entre chrétiens et musulmans dans le centre du pays.

La flambée de violences illustre les dangers quotidiens que courent les reporters locaux dans ce pays d'Afrique où la corruption prévaut à tous les niveaux du gouvernement. Certains modèrent ce qu'ils écrivent pour ne pas contrarier les hommes du pouvoir.

A Lagos, des hommes armés ont attaqué samedi le domicile de Edo Ugbawu, correspondant judiciaire du quotidien «The Nation». Son frère a pu voir les assaillants commencer à se disputer avec le journaliste, âgé de 42 ans, avant qu'il ne soit abattu, d'après le porte-parole de la police Franck Mba. Selon lui, il reste à déterminer le motif des assassins. D'après un collègue, Lawal Ogienagbon du «Nation», il n'avait pas travaillé sur des articles portant à controverse ni reçu de menaces.

Par ailleurs à Jos, dans le centre du pays, en proie aux violences entre représentants des différentes religions, deux journalistes travaillant pour le journal chrétien «The Light Bearer» ont été tués samedi en chemin vers un reportage . Le syndicat des journalistes nigérians les a identifiés comme étant Nathan Davbak, 36 ans, et le reporter Sunday Gyang Bwebe, 39 ans.

L'an dernier déjà, un journaliste du «Guardian» avait été laissé se vider de son sang, agonisant, à Lagos. (ap)

Ton opinion