Nidwald: Trois morts dans une collision avec un train
Actualisé

NidwaldTrois morts dans une collision avec un train

Des touristes israéliens ont perdu la vie dans l'accident entre un train et un minibus qui a fait trois morts et cinq blessés lundi matin à Wolfenschiessen (NW), a indiqué la police cantonale nidwaldienne.

par
ale/dmz

Une collision entre un train et un minibus sur un passage à niveau non gardé a fait trois morts et cinq blessés graves lundi matin près de Wolfenschiessen (NW). Les victimes sont tous des touristes israéliens, a indiqué la police cantonale nidwaldienne.

L'accident s'est produit à 08h40 sur le passage à niveau non gardé. Le minibus transportant les huit touristes israéliens, quatre femmes et quatre hommes, est entré en collision avec le train express de la compagnie «Zentralbahn» (zb) reliant Lucerne à Engelberg (OW). Le minibus était immatriculé à l'étranger.

Du véhicule, les secours ont désincarcéré trois morts et cinq blessés graves. Ceux-ci ont été héliportés pour certains ou transportés par ambulance pour d'autres vers différents hôpitaux. Il n'y a pas eu de blessé dans le train. Les passagers ont été transportés en bus à Engelberg.

Après l'accident, la ligne ferroviaire a été fermée au trafic. Les trains circulent à nouveau sur le tronçon depuis 14h00, a indiqué la compagnie «Zentralbahn».

Les opérations pour désincarcérer les morts et les blessés ont été très difficiles, a indiqué un officier de police. Deux équipes de la Rega et cinq ambulances de trois cantons (LU, NW et UR) ont été mobilisées. Les pompiers étaient également présents.

D'autres accidents

Ce n'est pas la première fois qu'un véhicule entre en collision avec un train à cet endroit. Le 21 juillet dernier, un automobiliste allemand avait déjà été percuté, sans trop de gravité.

Et cet été, les accidents sont fréquents: le 7 août dernier, un touriste allemand était fauché par un train dans les Grisons. En Valais, un autre cycliste est décédé le 1er juillet, renversé par un train d'une ligne régionale.

Passages à niveau à assainir

En Suisse, 1000 passages à niveau doivent être transformés (équipés de barrières ou supprimés), car ils ne répondent plus aux normes de sécurité. L'Office fédéral des transports (OFT), qui avait d'abord fixé la date butoir à fin 2014, souhaite accorder des délais, au cas par cas. «Nous faisons tout pour que ces mises aux normes se fassent au plus vite et nous accompagnons les autorités locales et les entreprises de transport dans ce but», assure Andreas Windlinger, porte-parole de l'OFT. Le Conseil fédéral se prononcera en octobre sur l'octroi d'éventuelles prolongations.

Dans le canton de Suisse centrale, L'OFT et la Zentralbahn souhaitent régler le problème de 25 passages. Vingt-deux seront supprimés et 3 subiront des travaux, dont celui où le drame s'est joué. Pourtant, en 2009 déjà, le Parlement cantonal avait accordé à la Zentralbahn un crédit de 4,7 millions de francs pour les rénovations. Mais le coût de ces dernières a ensuite été réestimé à 17,8 millions, dont 9 à la charge des autorités cantonales. Trop cher pour le Grand Conseil, qui a exigé du Conseil d'Etat qu'il fasse diminuer la facture.

Sécurité et ponctualité

En attendant la réalisation des travaux, des mesures peuvent être prises par la Zentralbahn: «Nous pourrions ralentir la cadence à certains endroits, mais cela signifierait que nous ne pourrions plus tenir certains temps de parcours et cela sèmerait le chaos dans les horaires», a expliqué Peter Bircher, porte-parole de la compagnie.

Selon les statistiques, dix à vingt accidents annuels se sont produits sur des passages à niveau ces dernières années. En 2013, ils ont fait six morts et 13 blessés graves. (ale/dmz/ats)

Les CFF conscients du problème

Depuis 2004, la division Infrastructure a déjà assaini environ 550 passages à niveau, annonce l'ex-régie, dans un communiqué. «Le but des CFF est d'assainir tous les passages à niveau qui ne le sont pas encore, soit une dizaine sur leur réseau à écartement normal, d'ici à la fin de l'année», écrivent-ils.

En raison d'oppositions éventuelles, il est cependant possible que les solutions d'assainissement de quatre passages à niveau ne puissent pas être concrétisées d'ici à la fin 2014. Les CFF assurent toutefois qu'au début 2015, ils auront pris des mesures permettant de réduire les risques de ces passages à niveau également: réductions de la vitesse, fermetures provisoires.

Des détecteurs testés pour réduire les accidents

Des détecteurs de présence de véhicules bloqués sur les passages à niveau vont être testés en France à partir de mi-2015 et pourraient être mis en service en 2017, afin d'éviter les collisions, a-t-on appris lundi auprès de Réseau ferré de France (RFF). Contactés par l'ats, les CFF n'ont pas pu indiquer si ce système était à l'étude en Suisse.

Ces appareils radars doivent permettre, lorsqu'un véhicule est immobilisé sur un passage à niveau, d'en informer le train qui arrive, afin qu'il puisse s'arrêter avant l'accident, a indiqué le gestionnaire des infrastructures ferroviaires, confirmant une information du quotidien «Le Parisien».

Le risque de collision pourrait être ainsi réduit de 80 à 90%. Ces détecteurs, actuellement développés en laboratoire, seront testés mi-2015 sur six passages à niveau (trois en Normandie et trois en Rhône-Alpes). L'objectif est qu'ils soient déployés à partir de 2017.

Ton opinion