Suisse: Trois quarts des bénéficiaires de l’aide aux victimes sont des femmes

Publié

SuisseTrois quarts des bénéficiaires de l’aide aux victimes sont des femmes

L’année dernière, les consultations liées à des atteintes physiques, psychiques ou sexuelles étaient en légère hausse, mais les montants distribués sont au plus bas.

Image d’illustration.

Image d’illustration.

20min/Nicolas Y Aebi

Les centres d’aide aux victimes (lire encadré) ont recensé 44’633 consultations l’année dernière, soit une augmentation de 3% par rapport à l’année précédente, annonce, jeudi, l’Office fédéral de la statistique (OFS). Quant au montant des indemnisations et des réparations morales accordé aux victimes ou à leurs proches, il n’a jamais été aussi bas depuis le début de la statistique, en 2000: 4,8 millions de francs ont été alloués, soit une diminution de 10% par rapport à 2020.

Sur l’ensemble des consultations de 2021, 74% des victimes ou proches de victimes étaient de sexe féminin. Environ un cinquième des consultations concernait des personnes mineures et 51% des personnes de nationalité suisse. Du point de vue des infractions, 46% des consultations étaient en rapport avec une lésion corporelle ou des voies de fait, 33% concernaient des cas d’extorsion et de chantage, de menaces ou de contrainte et 31% étaient en lien avec des infractions contre l’intégrité sexuelle.

Le nombre d’actes d’ordre sexuel avec des enfants et celui de contrainte sexuelle et de viol recensés lors des consultations ont augmenté de plus de 10% chacun par rapport à 2020. Le montant des indemnisations, des réparations morales ou encore des provisions sur indemnisation est le plus faible depuis le début des relevés, en 2000, tout comme le total général, qui se monte à 4,8 millions de francs.

De quoi s’agit-il

Entrée en vigueur en 1993, la loi sur l’aide aux victimes (LAVI) donne droit à un soutien gratuit à toute personne qui a subi, en lien avec une infraction, une atteinte directe à son intégrité physique, psychique ou sexuelle. La victime et ses proches ont également droit à une indemnisation ou à une réparation morale pour le dommage qu’ils ont subi, lorsque la gravité de l’atteinte le justifie.

(Comm/jba)

Ton opinion