Actualisé 03.10.2006 à 08:35

Trois quarts des victimes connaissent leur agresseur

Les coups se donnent – et se reçoivent – en famille: trois quarts des cas de violence rapportés dans les centres d'aide ont été commis par des proches.

Les principales victimes sont des femmes et des enfants. L'agresseur et la victime étaient de la même famille dans plus de la moitié des consultations, précise la statistique de l'aide aux victimes, diffusée hier par l'Office fédéral de la statistique.

La majorité des consultations concernait des femmes (74%) de nationalité suisse (60%) et domiciliées en Suisse (95%). Les infractions le plus souvent mentionnées étaient les lésions corporelles (40%) et les atteintes à l'intégrité sexuelle d'enfants (16%). Les tentatives d'homicide sont rarement signalées (4%). Dans le cas où victime et agresseur font partie de la même famille, la victime est le plus souvent une femme (86%) et les faits se sont produits à plusieurs reprises (78%).

Au total, les centres d'aide aux victimes d'infraction ont enregistré près de 27 300 consultations en 2005. Cela représente une augmentation de 76% depuis 2000, première année de la statistique. L'évolution signifie que les victimes font davantage appel aux centres d'aide.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!